samedi, janvier 17th, 2015

 

Tirs contre le cortège du Chef du parlement : Qui en veut à Kory Kondiano ?

CONAKRY- Qui en veut au président de l’Assemblée Nationale guinéenne ? Victime de ‘’tirs’’ sur son cortège cette semaine, Kory Kondiano a levé un coin du voile sur ce qui pourrait expliquer cet acte.

Dans une interview exclusive accordée à notre rédaction, le numéro un du parlement guinéen a fait un parallèle entre cet incident et les reformes qu’il a ‘’engagé’’ depuis son arrivée à la tête de l’Assemblée Nationale.

« Je n’ai jamais eu de menaces, que ce soit par téléphone ou par un autre moyen. Mais il se trouve que je suis quand même à un niveau de responsabilité élevé. Et, j’ai hérité d’une infrastructure (le parlement, ndlr) où on est venu s’installer, qui nous a coûté cher avec les frais d’’installations.  Je suis en  train de rembourser tout  ce que nous devons aux fournisseurs et aux prestataires de services. A cause de ça, ça peut susciter des mécontentements de part et d’autres que ce soit à l’intérieur de l’administration, au niveau des collègues parlementaires, tout peut arriver.  Mais je crois qu’il faut absolument passer par cette rigueur pour mettre de l’ordre dans notre gestion » a déclaré le Président du Parlement guinéen, Claude Kory Kondiano.

Le Gouvernement guinéen n’a pas réagi suite à cette « attaque » du cortège du chef du parlement.


CAN 2015 : La Guinée Equatoriale tenue en échec par le Congo (1-1)

La Guinée Equatoriale, pays organisateur de la CAN 2015, a concédé le match nul sur le fil face au Congo (1-1) lors du match d’ouverture, samedi.
Emilio Nsue ( Guinée Equatoriale )

La Coupe d’Afrique des Nations est lancée. Samedi, dans un Estadio de Bata en feu, la Guinée Equatoriale, pays organisateur de dernière minute, a dû se contenter du match nul face au Congo de Claude Le Roy (1-1). Un match frustrant à vivre… des deux côtés.

Dominateurs pendant les trois-quarts de la rencontre, les Équatoguinéens, lancés dans le match par l’ouverture du score de Nsué (16e), se sont fait rejoindre en toute fin de partie par le but du très actif Thiévy Bifouma (87e). En attendant la rencontre entre le Burkina Faso et le Gabon, prévue ce samedi soir (21h00), les deux nations se partagent logiquement la tête du groupe A.

Malonga rate le but de la victoire

Au jeu des regrets éternels, il y a match. Les coéquipiers de Prince Oniangué, maladroits et mal inspirés pendant 70 minutes, ont en effet dû attendre l’entrée en jeu de Ladislas Douniama pour enfin trouver du jus dans l’entrejeu. Le joueur de l’EAG, insaisissable pour le secteur défensif de la Guinée Equatoriale qui a trop réculé en fin de match, a été le facteur x de cette rencontre.

Une rencontre que les protégés de Claude Le Roy ont bien failli gagner. C’était sans compter  l’intervention décisive d’Ovono, le très bon gardien de la Guinée, qui a mis en échec Christopher Malonga dans le money-time (90e). Les locaux, agressifs, joueurs, et plein d’envie, ont tout bien fait pendant 80 minutes. Le but refusé à Nsué (74e), pour un hors-jeu discutable, a été leur tournant du match. Un mauvais tournant.


CAN 2015 : Le Gabon frappe d’entrée face au Burkina Faso (2-0)

Face au finaliste de l’édition 2013, le Burkina Faso, le Gabon a réussi son entrée en lice (2-0) grâce notamment à un but d’Aubameyang, samedi. Les Panthères sont en tête du groupe A.
Aubameyang

Le Burkina Faso tombe de haut. Le finaliste surprise de l’édition 2013, tombé dans un groupe à priori abordable, s’est incliné d’entrée de compétition face au Gabon de
Pierre-Emerick Aubameyang (0-2). Buteur (19e) et véritable point d’encrange pour son équipe, le capitaine gabonais a été l’un des artisans de la déroute de la sélection de Paul Put. Plutôt plaisante à voir jouer et bien emmenée par son trio offensif composé de Jonathan Pitroipa et des frères Traoré (Alain etBertrand), la sélection burkinabé a pêché dans le dernier geste et a complètement loupé le coche.

  • Le film du match

Au summum de sa forme pendant les vingt premières minutes de la seconde période, où il était seul sur la pelouse de l’Estadio de Bata, le Burkina Faso a de quoi nourrir beaucoup de regrets. Pas Richard Ovono, excellent dans la cage gabonaise, et jamais à pris à défaut tout au long de la rencontre. Avec ce succès le Gabon prend logiquement la tête du groupe A, marqué par le nul entre la Guinée Equatoriale et le Congo en fin d’après-midi (1-1).

Aubameyang était partout

Plutôt encrée dans ses bases, la sélection gabonaise dirigée de main de maître par Jorge Costa, a montré une solidité à toute épreuve samedi soir. Jouant sur la rapidité et l’omniprésence d’Aubameyang sur le front de l’attaque, les « Panthères » ont fait preuve d’un réalisme assez froid. Sur ses six tirs cadrés de la soirée, la sélection gabonaise en a mis deux au fond.

Malick Evouna, l’attaquant de pointe, s’est chargé lui-même de tuer les espoirs adverses à vingt minutes du terme d’un coup de tête limpide en réception d’un centre du très actif Frédéric Bulot (72e). Le score aurait pu être lourd. Mais le Burkina Faso, en la personne de Wilfried Sanou, avait également un gardien en très grande forme. Il lui faudra en revanche être plus réaliste devant le but pour espérer perdurer dans cette Coupe d’Afrique des Nations. Au haut niveau, l’approximation ne pardonne pas.


Sidya Touré : « L’UFDG n’est pas un parti allié à l’UFR » (Vidéo)

Le député Sidya Touré, président de l’Union des Forces Républicaines (UFR) s’est prononcé jeudi sur la question de la candidature unique de l’opposition, les rapports de son parti avec celui de Cellou Dalein Diallo, la situation économique du pays entre autres, à l’occasion d’un déjeuner de presse qu’il a organisé à sa résidence de la Minière à Conakry, a-t-on constaté.

 

Répondant aux questions des journalistes sur les deux premiers sujets, le président de l’UFR estime que la préoccupation de l’opposition, c’est alternance en Guinée ou pas en 2015. « A partir delà, chacun avance son argument », a-t-il indiqué. Et de poursuivre : « D’ailleurs, je précise bien que l’UFDG n’est pas un parti allié à l’UFR. L’UFDG est un parti d’opposition et l’UFR est un parti d’opposition. L’alliance est électorale, les élections sont terminées. Les gens de l’UFDG sont venus me trouver pendant que j’étais dans l’opposition. Je ne suis  pas devenu leur allié permanant. L’alliance peut changer. Nous pouvons être alliés à un autre parti soit avec Jean Marie Doré ou d’autres. Ce n’est pas une question qui se pose ».

 

Pour Sidya Touré, s’il s’agit de l’opposition, chacun est libre d’avoir une position. « La seule chose que je dis, c’est qu’en 2010, nous avons fait ce schéma, nous l’avions fait alors que nous étions en position de force. Même si j’avais été triché quelque peu à ces élections, nous avons quand même une bonne base », a-t-il souligné faisant certainement allusion à l’alliance de son parti avec l’UFDG à la présidentielle de 2010.

 


Le journaliste Thiernodjo Diallo dit « Bébel » est décédé

CONAKRY-La presse guinéenne est de nouveau en deuil! Notre confrère Thiernodjo Diallo dit « Bébel » vient de tirer sa révérence ce jeudi suite à une longue maladie.

Directeur de publication de l’hebdomadaire « La vérité », Thiernodjo Diallo était une plume respectée dans le pays.

A cette douloureuse occasion, toute l’équipe de Kenenyi news présente ses condoléances les plus attristées à sa famille, à ses collègues et au monde de la culture guinéenne.


Cellou Dalein : « En 2015, nous allons dégager Alpha Condé »

Le leader de l’Union des forces démocratiques de Guinée (UFDG), Cellou Dalein Diallo, a appelé ses partisans à la mobilisation lors du meeting de l’opposition prévu le 22 janvier au stade de Bonfi, a-t-on constaté samedi sur place. 

Il a indiqué qu’après quatre années de gouvernance, tout Guinéen est capable de faire le bilan de l’actuel pouvoir. « La Guinée a reculé sur tous les plans. Au-delà des frustrations dues aux promesses non-tenues, les Guinéens sont aujourd’hui frappés par la misère noire, l’injustice, l’exclusion, l’arbitraire », affirme-t-il.
Poursuivant, Cellou Dalein s’est demandé s’il est vrai que le locataire de Sekoutoureya est réellement venu pour changer la Guinée. « Est-ce qu’il aime la Guinée ? Les gens se le demandent aujourd’hui, même dans son propre camp ».
Dans la foulée, le leader de l’Ufdg s’est dit fier parce que, continue-t-il, tous ceux qui ont soutenu Alpha Condé autrefois se sont rendus compte de son incompétence. « Ceux qui l’ont soutenus hier sont plus pressés que nous. Ils les a trahis. Il a pris des engagements qu’il n’a jamais respectés. Tout le monde a compris aujourd’hui que la confiance des guinéens est placée en nous ».
Parlant du meeting de l’opposition prévu le 22 janvier à Bonfi, Cellou Dalein Diallo a appelé à la mobilisation. « Ce meeting, c’est pour montrer à Alpha Condé et à l’opinion internationale que nous ne sommes pas prêts à cautionner une mascarade électorale. Il faut qu’Alpha Condé comprenne que nous n’accepterons pas un hold-up électoral. Donc, mobilisons-nous le 22, c’est le début, c’est le réchauffement. Après, il viendra un moment où on va se lever pour exiger le respect des règles, demander le départ d’Alpha Condé ».
Pour Cellou Dalein, 2015 est sans aucun doute l’année de la consécration de l’UFDG. « En 2015, nous allons dégager Alpha Condé pour prendre la direction des affaires. Et je le dis, quand nous serons aux affaires, le RPG sera mieux traité tout comme les autres partis. Nous n’allons exclure personne. C’est d’abord le citoyen guinéen, et non en raison de son bord politique ».
Pour prouver la politique d’exclusion du locataire Sékoutouréya, Cellou Dalein Diallo a cité la résiliation du contrat de Pélé Diop, jusque-là entraîneur de l’ASFAG. « Alpha a décidé de résilier unilatéralement le contrat de Pélé Diop. Ils ont tout fait pour le faire retourner au RPG, il a refusé. Depuis, ils ont commencé à l’emmerder. Pour Alpha Condé, tout guinéen qui n’est pas du RPG perd tous ses droits. Pourtant, l’homme a été recruté à cause de son profil ».

CAN2015-Premiers matchs, premières surprises?

MALABO-La Coupe d’Afrique des nations 2015 démarre samedi avec les affrontements ouverts entre outsiders du groupe A, la Guinée équatoriale organisatrice contre le Congo de Claude Le Roy, et ses favoris, le Burkina Faso vice-champion sortant face au Gabon d’Aubameyang.

La Guinée équatoriale, qui a repris au pied levé l’organisation de la 30 édition du tournoi continental après la défection du Maroc, ouvre le bal samedi à Bata (17h00, 16H00 GMT)). Lors de son unique participation, en 2012, déjà sur son sol et dans sa capitale économique, elle avait débuté par un succès (2-1 contre la Libye) qui l’avait mise sur la voie d’une qualification historique pour les quarts de finale.

Face à l’autre outsider du groupe, le Nzalang nacional refera-t-il le coup ? Comme il y a trois ans, c’est une sélection qui assemble des joueurs parfois naturalisés et évoluant dans des championnats de divisions inférieures ou méconnus (Estonie, Malte, Hong Kong, Andorre…).

Et comme il y a trois ans, son sélectionneur a pris ses fonctions quelques jours à peine avant la compétition. L’Argentin Esteban Becker connaît cependant bien le pays puisqu’il a été champion d’Afrique en 2012 à la tête de l’équipe nationale féminine.

« Nous sommes optimistes, nous avons le soutien du public, a-t-il déclaré jeudi. Nous avons deux ou trois joueurs avec des douleurs mais allons faire en sorte d’avoir tous les joueurs à disposition ». Ce premier match, avec la cérémonie d’ouverture, devrait être l’un des plus attirants pour les supporteurs locaux.

Le Congo de Claude Le Roy, qui s’est plaint de ne pas avoir assez de chambres dans son hôtel pour sa délégation, a créé la surprise des qualifications au détriment du Nigeria champion en titre.

L’entraîneur français dispose d’une équipe très jeune, incluant Oniangue (Reims) et Ndinga (Olympiakos, ancien d’Auxerre et Monaco). C’est le seul groupe sans aucune expérience en CAN, puisque la dernière pour le Congo était en 2000.

Le deuxième match (20h00, 19h00 GMT) met aux prises les deux favoris du groupe: il s’agit donc pour eux de prendre une option. Le Burkina de Paul Put, qui a dû changer d’hôtel pour gagner en tranquillité, rêve d’atteindre de nouveau la finale.

Mais ses meilleurs joueurs seront-ils à la hauteur, alors qu’Alain Traoré a passé plus de temps à l’infirmerie que sur les terrains en 2014 et que Pitroipa, élu meilleur joueur de la CAN-2013, évolue désormais aux Emirats arabes unis ?

Le Gabon, lui, comptera surtout sur Aubameyang, présent sur le podium du meilleur joueur africain 2014 et qui s’est adapté à Dortmund.

AFP