dimanche, janvier 18th, 2015

 

Kamil Zayatte: «Battre la Côte d’Ivoire est un défi à relever»

Kamil Zayatte est forfait pour le premier match de l’équipe de Guinée dans cette Coupe d’Afrique des nations, face à la Côte d’Ivoire le 20 janvier à Malabo. Le défenseur central espère que ses coéquipiers battront enfin les Ivoiriens. Le « Sily National » n’a plus vaincu  les « Eléphants » depuis vingt ans.

 

RFI : Kamil Zayatte, dans quel état d’esprit êtes-vous avant votre premier match en Coupe d’Afrique des nations 2015, face à cette équipe de Côte d’Ivoire ?

Kamil Zayatte : On est tous impatient de débuter cette compétition. […] On a commencé notre préparation à Conakry, où le Président (Alpha Condé) nous a remis le drapeau national. On a poursuivi au Maroc, avec dix jours de stage. On s’est bien entraînés. Le sélectionneur (Michel Dussuyer) avait déjà défini le travail à accomplir. On a disputé deux matches amicaux. Le premier, on l’a gagné 4-1 (contre la sélection olympique du Maroc, Ndlr). Le deuxième, malheureusement, on l’a perdu (5-2) face au Sénégal. Je pense que le groupe est prêt à affronter n’importe quelle équipe. On espère bien débuter face à la Côte d’Ivoire. Dans ce type de compétition, il ne faut pas rater le premier match.

La Côte d’Ivoire est-elle l’équipe la plus forte de votre groupe ?

Quand tu regardes les joueurs qu’ils ont, leurs individualités, tu te dis que c’est la meilleure équipe de ce tournoi. On tombe encore contre eux. On n’a jamais gagné contre la Côte d’Ivoire, ces dernières années (la dernière victoire guinéenne remonte à 1994, Ndlr). C’est un défi à relever.

Le dernier match entre la Guinée et la Côte d’Ivoire en Coupe d’Afrique est une défaite 5-0 en quarts de finale de la CAN 2008. Vous souvenez-vous bien de ce match ?

On en parle tout le temps. Surtout depuis le tirage au sort. En plus, on a des amis ivoiriens qui en reparlent. Ils veulent nous remettre la même correction. Mais je pense qu’on a pris de l’expérience. C’est la troisième CAN pour ma génération de joueurs. On n’a pas du tout envie de reprendre cinq buts.

En 2012, l’équipe de Guinée avait produit du beau jeu mais n’avait pas franchi le premier tour. En 2015, allez-vous délaisser le beau football pour un jeu plus réaliste ?

On a produit du beau jeu la dernière fois qu’on est venu à la CAN. En 2012, on avait raté le premier match (défaite 1-0 contre le Mali, Ndlr). Cette fois-ci, on veut réussir notre entrée dans la compétition. Mais on ne va pas changer notre manière de jouer. On a des joueurs de qualité. Ça fait un bon moment qu’on joue ensemble.

Avez-vous le sentiment d’être traités différemment parce que le virus Ebola, qui fait des ravages en Guinée, suscite la psychose un peu partout ailleurs ?

Ici, on est tous traités de la même façon, je pense. Par le passé, partout où on est passé, on a été montrés du doigt, stigmatisés à cause de cette maladie. […] Après, il faut comprendre que c’est une maladie grave. Elle peut tuer en quelques heures. Je comprends la crainte des autres pays. Ils ne veulent pas qu’Ebola arrive chez eux. A un moment, on était en colère. Et la colère nous a poussés à nous donner à fond. Ça nous a aidés à nous qualifier pour cette CAN.


CAN 2015 : Tunisie et Cap Vert se neutralisent (1-1)

La Tunisie n’est pas parvenue à battre le Cap Vert (1-1), dimanche dans le groupe B. Les Aigles de Carthage menaient au score mais ont été repris sur un penalty plus que litigieux.

Pour profiter pleinement de ce Tunisie-Cap-Vert, il  fallait arriver… en retard.  Dimanche soir au Nuevo Estadio de Ebebiyin, les deux nations se sont quittées sur un score nul (1-1). Un résultat globalement logique vu le déroulement des faits. A la Tunisie la domination, au Cap-Vert la dangerosité. La Tunisie a ouvert le score par Moncer (70e). Un penalty litigieux accordé à Heldon Ramos et transformé par ce dernier a ensuite remis les Capverdiens dans le droit chemin (77e). Au classement, égalité parfaite dans ce groupe B après le nul entre la Zambie et le RD Congo.

  • Le film du match

La Tunisie, qui ne s’est réveillée qu’en deuxième partie de rencontre, peut aussi se dire qu’elle ne s’en sort pas si mal. Arbitrage ou non. Les Aigles de Carthage ont surtout survécu à un premier acte bien tendre grâce aux deux interventions décisives d’Aymen Mathlouthi, leur excellent portier (19e, 30e). Avant de passer la seconde après l’heure de jeu. La sélection de Georges Leekens a ensuite évité une déconvenue grâce au sauvetage de Syam Ben Youssef sur sa ligne (56e) sur une frappe de Kuca. Souvent pris de vitesse et maladroits dans les 20 derniers mètres, les champions d’Afrique 2004 ont les moyens de faire bien meilleure figure dans cette compétition. Il le faudra.


Ce contenu n'engage pas Kenenyi News

Appel d’offre N° AO/GUI/01/2015 de UNICEF

Pour la Réhabilitation de 35 points d’eau (25 points d’eau communautaires et 10 points d’eau dans les structures de Santé) et Réalisation de 5 forages dans les structures de Santé.

Le Fonds des Nations Unies pour l’Enfance en Guinée (UNICEF – Guinée) lance un appel d’offres pour le recrutement d’entreprise pour la réalisation des travaux suivants :

Lot 1 : Réhabilitation de 35 points d’eau dans les régions de Boké et de Kindia

– 25 points d’eau communautaires ;

– 10 points d’eau dans les structures sanitaires

Lot 2 : Réalisation de forages dans les structures de Sante de la région de Boké

– 5 forages dans les Centres de Santé

Le marché est divisé en 2 lots.

Un soumissionnaire peut soumissionner à un et/ou aux deux lots.

Retrait du dossier

Le Dossier d’Appel d’Offres peut être consulté sans frais et téléchargé sans frais sur le site internet suivant :

www.societeguinee.com ou demander à l’UNICEF en adressant un e-mail à l’adresse suivante :supplyguinee@unicef.org.

Réception des offres

Les offres seront déposées sous pli fermé et cacheté à la réception du bureau de l’UNICEF, Corniche Coleah, Conakry et porteront la mention :
UNICEF – Avis d’Appel d’Offres AO/GUI/01/2015.

« Réhabilitation de 35 points d’eau (25 points d’eau communautaires et 10 pointsd’eau dans les structures de Santé) et Réalisation de 5 nouveaux forages dans lesstructures de Santé ».

Confidentiel

La date limite de réception des offres est fixée au 25 janvier 2015 à 12 heures.


CAN 2015 : Une RDC maladroite concède le nul à la Zambie (1-1)

Malabo – Après avoir concédé l’ouverture du score, la RD Congo est revenue au score face à la Zambie (1-1), dimanche lors de la Coupe d’Afrique des Nations. Les « Léopards » ont dominé sans réussir à faire mieux qu’un nul.

La République Démocratique du Congo a concédé le nul 1-1 face à la Zambie, dans le match entre deux outsiders du Groupe B de la CAN 2015, dimanche à Ebebiyin. Avec ce nul face à un concurrent direct, les Congolais manquent l’occasion de mettre la pression sur la Tunisie, opposée plus tard en soirée au Cap-Vert et qui entend justifier son statut de favori.

Dans cette rencontre aux allures de derby de l’Afrique subtropicale –les pays partagent une longue frontière commune– ce sont pourtant les « Congolais » de la Zambie qui ont failli faire pencher la balance en leur faveur. En seulement une minute. Sur la première action du match, Singuluma, attaquant du prestigieux club congolais du TP Mazembe, profite avec son « double coéquipier » Kalaba de la surprenante passivité de la défense adverse, totalement spectatrice, pour inscrire le but le plus rapide de la compétition (1re).

Les « Léopards » vont devoir régler la mire

Trop friables en défense et imprécis en attaque, les « Léopards » de la RDC, en lice pour leur deuxième CAN d’affilée, manquent leur entrée. Et pourtant ils ont eu des occasions. Dieumerci Mbokani d’abord a vu le ciel le fuir au moment d’égaliser (8e). A l’affût sur une grosse faute de main du gardien zambien Mweene, héros de la séance de tirs au but victorieuse lors de la finale de 2012 contre la Côte d’Ivoire, l’ancien attaquant de l’AS Monaco a manqué l’immanquable l’offrande en tirant au-dessus.

C’est Bolasie qui a finalement sauvé les siens de l’affront, récompensé de ses efforts après deux occasions manquées en première période (32e, 42e). Bien servi en retrait, l’ailier de Crystal Palace n’a pas manqué la troisième, en concluant le mouvement d’un plat du pied imparable (66e).

Sevrés du titre suprême du continent depuis 1968 et 1974, les Congolais vont devoir régler la mire dans le dernier geste pour espérer aller loin. Avec seulement 9 des 23 héros de l’édition victorieuse en 2012, la Zambie, prématurément éliminée dès le premier tour de la CAN 2013, a montré de son côté ses limites physiques pour répéter l’exploit de la bande à Hervé Renard.


Lola : des affrontements entre fidèles musulmans font un mort

La journée du samedi 17 janvier 2015 a été marquée au centre urbain de Lola par des affrontements entre deux groupes opposés de fidèles musulmans suite à une mésentente sur le choix de l’imam de la grande mosquée de cette ville, provoquant du coup, un mort et plusieurs blessés, a-t-o appris de source policière.
Selon le commissaire divisionnaire  de Lola Sekouba Camara que nous pu joindre au téléphone, les affrontements ont provoqué la mort d’un élève de la 10ème année du nom de Mamadi Soumaoro et 13 blessés. « Je suis à Conakry. Je suis les événements avec mon adjoint qui est sur place, vous allez devoir le joindre, mais en attendant, je vous dis brièvement qu’il s’agit de l’affaire d’imamat. Selon mon adjoint, c’est un groupe de qui venait d’une rencontre chez le patriarche qui progressait vers la grande mosquée avec des fusils calibre 12 à l’aide desquels il tirait en l’air. Surpris par cette situation, ceux qui étaient à la grande mosquée, ont demandé du renfort. En ce que je sache, il y a eu un mort et 13 blessés dont 9 par balle », a expliqué le commissaire divisionnaire en séjour à Conakry. Nous avons en suite tenté de joindre le commissaire central adjoint, en vain.
Selon d’autres sources, depuis plusieurs années, ce conflit existe entre un groupe de musulmans qui réclament le droit d’autorité de la famille Doukouré, qui a toujours dirigé la mosquée de Lola  et un autre groupe qui pense qu’un autre doit être choisi en dehors de cette famille pour diriger la maison de Dieu.
Aux dernières nouvelles, le calme est revenu  après l’intervention de la CMIS de N’Zérékoré qui a procédé à plusieurs arrestations parmi les deux groupes opposés. Les blessés quant à eux sont actuellement admis à l’hôpital de Lola. Les forces de l’ordre sont toujours déployées dans la ville.

Ouverture des classes et lutte contre Ebola: la BID offre 12 millions de dollars US

La BID (Banque Islamique de Développement) offre 35 millions de dollars US aux pays frappés par l’épidémie hémorragique à virus Ebola y compris le Mali. C’est le président de cette institution bancaire, Dr Ahamad Mahamad Ali, lui-même qui l’a annoncé lundi 12 janvier 2015, en marge de la visite à Conakry, la capitale guinéenne, où s’est tenue une réunion ministérielle sur Ebola avec la BID. Une rencontre qui a regroupé les ministres de la santé et de l’éducation des pays concernés.

L’assistance de l’institution bancaire concerne aussi le volet éducation des pays bénéficiaire qui tardent encore à programmer l’ouverture des classes. « L’ouverture des classes a été retardé dans ces pays affectés par Ebola. Donc cette assistance permettra de régler les problèmes qui sont en suspens sur le terrain afin que nous puissions rapidement procéder à l’ouverture des classes et ça la Banque Islamique de Développement accorde une très grande importance à la formation et à l’éducation » a déclaré Dr Ahamad Mahamad Ali.

Et d’ajouter: « Il y’aura aussi dans ce même programme la construction de centres de traitements spécialisés pour permettre de gérer des cas suspects et de traiter les malades ».

Dans les 35 millions de dollars US offerts aux Etats membres de l’Union du Fleuve Mano et la République sœur du Mali, la Guinée elle, a une part de 12 millions de dollars US. Pour le ministre guinéen de la coopération et Président en exercice du Conseil des Ministres de l’Union, cette assistance financière magnifie l’engagement de la BID aux cotés de la Guinée et des pays affectés par le virus pour booter finir avec ce mal commun.

« Nous sommes très fier de cette contribution. La présence de son Excellence Monsieur le Président de la BID en Guinée prouve à suffisance que la Guinée est fréquentable » s’est targué Pr. Koutoub Moustapha Sanoh.


Ebola, qu’est-ce que c’est ? quels modes de transmission ?

Le virus Ebola se transmet à l’homme par contact avec des animaux sauvages infectés présents en Afrique et peut se propager ensuite dans les populations par transmission interhumaine. Chez l’homme, la fièvre hémorragique à virus Ébola se caractérise initialement par des symptômes non spécifiques de type grippal, suivis par des vomissements, diarrhées, éruptions cutanées, insuffisance rénale et hépatique et, dans certains cas, des hémorragies internes et externes. Le taux de mortalité varie de 25 à 90% selon le type de virus et les conditions de prise en charge. Bien que des traitements soient actuellement expérimentés, la prise en charge repose généralement sur un traitement symptomatique.

Qu’est-ce que le virus Ebola ?

Le virus Ébola appartient à la famille des filovirus, à laquelle appartient également le virus Marburg. Il a été identifié pour la première fois en 1976 dans la province ouest-équatoriale du Soudan et dans une région voisine du nord du Zaïre (aujourd’hui République Démocratique du Congo).

Il existe cinq espèces de virus Ébola. Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique. La zone géographique considérée comme à risque comprend la Guinée, la Sierra Leone, le Libéria et le district de Bamako au Mali. Les voyages dans cette zone sont déconseillés.

Le virus Ebola est responsable d’une maladie grave et souvent mortelle qui donne de la fièvre, des diarrhées, une fatigue intense, des vomissements, des douleurs musculaires, articulaires et dans les cas les plus graves des saignements internes (hémorragies) qui peuvent causer la mort.

Les flambées de fièvre hémorragique provoquées par le virus Ebola surviennent principalement en Afrique avec un taux de létalité (proportion de décès chez les personnes malades) variant de 25% à 90% selon le type de virus et les conditions de prise en charge des patients. La précocité et la qualité de cette prise en charge jouent un rôle important dans la diminution de la mortalité associée à la maladie.
Dans le cadre de l’épidémie en cours en Afrique de l’Ouest, le taux de létalité est compris entre 45% et 70%.

Modes de transmission du virus Ébola

Le virus Ébola se transmet par contact direct avec :
- des fluides corporels tels que le sang, la salive, l’urine, le lait maternel, le sperme, la sueur, les selles et les vomissures des personnes infectées, vivantes ou non.
La présence du virus a été constatée dans le sperme jusqu’à trois mois après la guérison de personnes contaminées. Bien que la transmission ne soit pas avérée, une protection des rapports sexuels est fortement recommandée.
- des objets qui ont été contaminés par les fluides corporels de patients infectés (par exemple, des aiguilles).
- la viande de brousse issue de la faune sauvage chassée principalement en Afrique (antilope, éléphant, chauve-souris, serpent, singe, etc.) est également une des sources de contamination.

La maladie ne se transmet PAS :
-  PAS dans l’air, contrairement à la grippe par exemple
-  PAS par simple contact dans les lieux publics ou les transports en communs en France
-  Pas par échange d’argent ou de marchandises
-  Pas par la natation en piscine
-  Pas par les moustiques

La durée d’incubation (le temps écoulé entre l’infection et l’apparition des symptômes) varie de 2 à 21 jours. Il n’y a pas de transmission lors de la période d’incubation. Une personne malade d’Ebola, si elle n’a pas des signes de la maladie (fièvre, grande fatigue, maux de têtes, douleurs musculaires/articulaires…) ne peut pas contaminer d’autres personnes. Elle devient contagieuse quand elle commence à développer ces signes.

Les personnes atteintes peuvent transmettre l’infection aussi longtemps que leur sang et leurs sécrétions contiennent des virus.

La maladie ne peut se transmettre que si l’on a été en contact avec des liquides corporels d’un malade :
- dans l’un des pays d’Afrique touchés par l’épidémie
- qui serait rapatrié depuis un de ces pays (personnel soignant par exemple)
- qui serait de retour d’un de ces pays et qui aurait les signes de la maladie à son arrivée en France, après avoir passé les contrôles de température dans les aéroports.

Le simple fait de revenir d’une zone à risque ne veut pas dire que l’on est malade et contagieux. 
Les personnes les plus exposées au risque de contamination sont le personnel soignant ainsi que l’entourage familial des malades.

Une personne qui a contracté Ebola peut-elle contaminer quelqu’un d’autre ?
Oui, mais seulement lors d’un contact rapproché avec une personne malade qui a commencé à développer les premiers signes d’Ebola, c’est-à-dire une fièvre supérieure ou égale à 38° C, une grande fatigue, des douleurs musculaires, etc. Avant l’apparition de ces symptômes, la personne malade n’est pas contagieuse.

Si quelqu’un dans votre entourage revient d’un des pays touchés par Ebola et a de la fièvre dans les 21 jours qui suivent son retour, il faut appeler le 15 (Samu) sans attendre en leur signalant son voyage. Il ne faut pas l’amener chez le médecin ou aux Urgences et il faut éviter tout contact rapproché avec lui.

En cas de contamination, quel est le délai qui s’écoule avant l’apparition des premiers symptômes (période d’incubation) ?
Après la contamination, le virus peut se développer dans le corps pendant une période de 2 à 21 jours avant que les symptômes (signes) de la maladie apparaissent : une fièvre égale ou supérieure à 38°C, des maux de tête, une grande fatigue, des douleurs musculaires ou articulaires, etc. Pendant la période avant-symptômes qu’on appelle « période d’incubation », la personne n’est pas contagieuse. Elle ne devient contagieuse qu’à partir du moment où elle développe ces symptômes.

Peut-on dépister le virus Ebola avant l’apparition des symptômes ?
Il n’existe pas de moyen permettant de dépister ou de diagnostiquer l’infection avant le début des symptômes. 
Une personne qui ne présente pas de symptômes n’est pas contagieuse. Le début de la contagiosité est lié à l’apparition des premiers symptômes. Plus la maladie évolue dans le temps, plus les symptômes sont visibles et graves et plus le patient est contagieux.

Peut-on attraper Ebola en touchant un objet ou une surface contaminée ?
La contamination des objets et surfaces peut contribuer à la transmission de la maladie.

Cependant, cela concerne en priorité le matériel médical ayant servi aux soins, ou des vêtements souillés par du sang ou des liquides biologiques d’un malade. Le risque est faible pour les autres objets (passeports, bagages, etc.) et surfaces. Il convient de rappeler la nécessité de respecter les mesures d’hygiènes habituelles telles que le lavage des mains plusieurs fois par jour afin de limiter la transmission des maladies en général.

 

Prévention
A ce jour, il n’existe pas de vaccin préventif contre Ebola. En l’absence de vaccin pour l’homme, la mise en œuvre et le respect des mesures de protection à prendre à titre individuel sont le seul moyen de prévenir l’infection :

Comment se protéger d’Ebola dans les régions où circule le virus :
- ne pas se déplacer dans les zones de foyer de l’épidémie ;
- respecter les consignes des autorités locales ainsi que les règles d’hygiène de base 
(notamment se laver fréquemment les mains avec du savon ou une solution hydro-alcoolique) ;
- éviter tout contact rapproché avec des personnes ayant de la fièvre ;
- éviter tout contact avec des animaux sauvages (singes, chauves-souris…) vivants ou morts ;
- ne pas consommer ni manipuler de viande de brousse ;
- cuire soigneusement avant consommation les produits animaux : sang, viande, lait…


Après l’accouchement vous n’avez qu’une envie : retrouver votre ligne

Pas question de vous lancer dans le sport sans avoir fait de rééducation post-natale et avoir obtenu un avis médical. Faites une pause de 6 à 8 ou 10 à 12 semaines selon l’accouchement que vous avez eu et profitez en pour rééduquer votre périnée souvent détendu par la grossesse après l’accouchement et profitez de bébé.

Le redémarrage sera progressif, afin de faire travailler le muscle de la « ceinture » abdominale appelé le transverse. Vous n’oublierez pas les obliques et le travail des grands droits en position statique. Pratiquez les Pilates est la garantie de renforcer ses muscles profonds, réduire son stress,  éviter les problèmes de tassement ou le mal de dos et d’affiner sa silhouette.

Les exercices :

1- En position assise, le dos bien droit, pied à plat, placer vos bras devant de tel sorte qu’ils soient parallèles à la largeur de vos épaules. Inspirez  profondément, puis expirez en arrondissant le dos pour atteindre le sol délicatement. Pour cela, commencez par déposer le bas du bassin, le milieu du dos puis le haut du dos, les épaules et la tête en dernier. Lorsque vous êtes allongée sur le dos, inspirez puis placez vos bras à la verticale et expirez pour dérouler le dos en décollant la tête, le haut du dos, le milieu et le bas du dos.

A répéter 5 fois minimum. Allongée sur le dos, genoux au dessus des hanches, bras le long du corps. Inspirez, décollez les bras, la tête et les épaules du sol en expirant.

2-La planche ou le gainage

Cet exercice de gagnage permet le renforcement musculaire et favorise la tonicité du dos et des abdominaux. En position ventrale, placez vos avants bras sur le tapis en ayant les coudes à l’aplomb des épaules, le corps bien aligné sans creux au niveau des lombaires. Expirez et décollez simplement votre bassin et vos cuisses. Pour faciliter ce placement, vous pouvez commencer l’exercice sur les genoux ou sur les pointes de pieds pour augmenter l’intensité. Il est conseillé de réaliser 3 séries en moyenne en contraction isométrique c’est-à-dire avoir un maintien immobile de 20 seconds à 1 minute, avec une récupération de 30 secondes, 2 à 3 fois par semaine.

Pour sculpter la taille

Pratiquez aussi les Pilates

1-Position de base : Allongez-vous sur le coté, jambes tendues, légèrement décalées vers l’avant. Assurez-vous que les épaules et les hanches sont bien alignées Posez la main gauche devant la poitrine pour retrouver une stabilité et posez la tête sur le bras droit. En inspirant, soulevez les deux jambes  simultanément. En expirant, ramenez les jambes au sol sans basculer le bassin vers l’avant. 5 répétitions minimum, puis l’autre coté.

Gainage costal

2- En appui sur le coude et les genoux ou bord externe du pied, alignez votre corps.  Pour vous aider au début, vous pouvez placer la main au sol.

Quelques consignes essentielles pour une efficacité optimale des exercices proposés.

Votre respiration : elle doit être le plus naturel possible en aspirant le nombril vers la colonne vertébrale.

Votre posture : le dos doit être allongé et droit et les épaules en arrière.

Votre stabilisation : grâce à la contraction de vos abdominaux.

Le retour : après votre exercice, revenez toujours lentement et en douceur à la position de départ.

Il est difficile d’établir un programme commun mais tout le monde peut suivre ces grandes lignes quotidiennement. Evitez les  activités à impact à cause de la fragilité du périnée. Evitez de faire du renforcement musculaire pour les autres parties du corps. Vous pourrez ensuite reprendre le sport comme la marche, la natation et le vélo,qui sont les activités les plus indiquées lorsqu’on est une jeune maman.


Osez le violet : quelques règles pour éviter le make-up faux pas.

Prune, aubergine ou violet, le rouge à lèvres foncé est sur toutes les lèvres. Alors si comme certaines stars, vous êtes tentée mais vous hésitez, voici quelques règles à retenir pour éviter le make-up faux pas.

 Inutile de mettre l’accent à la fois sur les yeux et sur les lèvres. Mat ou semi-mat? gloss ? Si pour la saison, on s’autorise la nuance de violet sur les lèvres peu importe la texture, on reste tout de même légère sur le teint et le regard. Pour le maquillage de la bouche, le crayon autour des lèvres est un incontournable pour dessiner leur tracé. On commence par dessiner le contour puis on hachure. L’astuce des make up artists consiste à appliquer votre rouge à lèvres au pinceau. Pour donner un peu de volume aux lèvres on peut se permettre une touche de gloss. Alors, n’hésitez pas à oser une couleur qui complétera votre style à merveille. Pour vous aider, voici notre sélection de rouges à lèvres.

1-Vernis à lèvres, Yves Saint Laurent Baby kiss and blush prix à partir de 33 euros

2-Rouge à lèvres Christian Dior, Mauve Mystère prix 34,70 euros

3-Rouge à lèvres,  Black Up vernis et gloss, 19, 50 euros 

4-Rouge à lèvres  Mac, prix 18 euros


Le maquillage anti-fatigue : Pour un effet bonne mine !

Marre d’avoir l’air perpétuellement fatiguée ? Le maquillage anti-fatigue est là pour redonner du peps à votre visage. Pour réaliser un maquillae qui vous garantira un effet bonne mine toute la journée , vous avez besoin :

1. d’ un correcteur ou un anti-cerne

2. d’un  fond de teint

3. d’un blush

Appliquez votre correcteur  de teint sous l’œil pour masquer vos cernes. Il est recommandé de choisir un correcteur qui soit un ton plus clair que la teinte de la peau, afin d’illuminer le regard. Le correcteur est surtout appliqué pour dissimuler les tâches et autres boutons, mais il s’utilise également au niveau des cernes. Massez doucement la zone de vos cernes avec celui-ci, en veuillant bien à l’estomper.

Après avoir réparti le correcteur, travaillez vos paupières supérieures avec une ombre à paupières couleur bronze ou doré. Ces couleurs permettent d’illuminer le regard, donnant un air plus vif. Utilisez des palettes comme celles de Naked (1 ou 3) de Urban Decay conçues pour les peaux noires, ou alors la Chocolate Bar de Too Faced, qui a l’avantage de ressembler à une tablette de chocolat et sentir le cacao.

Puis, prenez votre fond  de teint habituel et repartissez-le sur votre visage en vous concentrant bien sur la zone T. N’oubliez pas qu’il est préférable d’en choisir un qui soit de la même teinte que la couleur de votre peau au niveau de votre cou. La touche finale est le blush : choissisez un rose foncé : suffisamment vibrant et pigmenté pour se voir sur une peau noire, mais suffisamment clair pour donner un effet bonne mine au naturel. Là encore, le nouveau blush Dior, en teinte 881 rose corrolle est idéal pour rehausser le teint. Et voilà un effet maquillage qui pourrait vous faire prétendre d’avoir récupéré une bonne nuit de sommeil , maintenant !