lundi, avril 9th, 2018

 

Les juges ont expéditivement fixé sur son sort Ibrahima Sory CAMARA, propagandiste de L’U.F.D.G…

Ses démêlés avec la justice ont pour genèse la publication d’une vidéo postée sur les réseaux sociaux, quelques temps avant l’incendie ayant consumé une partie du grand marché M’balia sis à Madina.
Dans cette vidéo, le militant de l’U.F.D.G, fait état d’une réunion secrète tenue au palais Sèkoutouréya, sous la présidence du Chef de l’État, dont l’objectif est de mettre à feu le marché M’balia sis à Madina.
Le Procureur près le tribunal de Mafanco s’est autosaisi de l’affaire, et a mis en branle l’appareil judiciaire pour demander des comptes à l’auteur de ces propos. Ainsi, Ibrahima Sory CAMARA a fait l’objet de poursuite pour outrages au Chef de l’État.
Ce lundi, au TPI de Mafanco, le verdict est tombé, 18 mois d’emprisonnement et le paiement d’une amende de 2 millions de francs guinéens, telle est la peine retenue contre Ibrahima Sory CAMARA.
Le collectif d’avocats du prévenu ne s’avoue pas vaincu et annonce une interjection d’appel en vue de casser la décision.
Pour l’instant aucune réaction officielle de sa famille politique, les militants de l’U.F.D.G quant à eux manifestent leur solidarité à leurs collègues.

BARRY Mamadou pour wwkenenyi.com


Mali: des explosifs destinés aux jihadistes découverts à Bamako.

Au Mali, une quantité importante d’explosifs a été retrouvée le vendredi 6 avril dans un domicile privé de Bamako. Ces explosifs, initialement destinés à un site minier, étaient en réalité destinés à de présumés jihadistes, selon des sources sécuritaires maliennes.
C’est une détonation entendue dans un domicile privé de Bamako qui a attiré l’attention des voisins. Elle a semé une grosse panique et la police a été alertée. Après une descente rapide sur les lieux, les policiers ont mis la main sur une importante quantité d’explosifs cachés. Une personne a été arrêtée.
Lien avec les terroristes
L’enquête a permis de découvrir qu’à l’origine, ces explosifs étaient destinés à être utilisés sur des sites miniers. Mais après des investigations plus poussées, selon une source sécuritaire locale, un lien a été fait entre cette découverte et les groupes armés radicaux qui prônent un extrémisme violent. « Des indices montrent que le Front de libération du Macina (FLM) était en lien avec un des détenteurs du matériel », ajoute cette source.
Prédicateur radical
Le FLM est un mouvement dirigé par le prédicateur radical Amadou Koufa, qui a fait allégeance à Iyad Ag Ghali, un chef jihadiste du Nord en lien direct avec al-Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Un suspect terroriste, arrêté dans le cadre d’une autre affaire, aurait déjà donné des informations pour faire évoluer l’enquête ouverte après la découverte des explosifs.
Par RFI