mardi, novembre 27th, 2018

 

Chine: polémique autour de l’annonce de bébés génétiquement modifiés

Suite à l’annonce d’un scientifique chinois qui prétend avoir contribué à la naissance des premiers bébés génétiquement modifiés, la communauté scientifique chinoise a dénoncé un acte contraire à l’éthique. Plus de 120 chercheurs ont aussi signé une lettre ouverte condamnant la supposée expérience et son auteur.

C’est la Société chinoise pour la recherche en biologie cellulaire (CSBC) qui a dégainé la première. Dans un communiqué qui ne mâche pas ses caractères, l’association basée à Shanghai évoque une expérience « contraire aux normes morales », un « acte individuel dangereux », comparé au franchissement d’une « ligne électrique à haute tension ». L’institution demande à ce que son auteur soit puni.

Même son de cloche du côté des universitaires. Dans une lettre ouverte publiée lundi, plusieurs centaines de chercheurs condamnent un projet « ignorant complètement les principes de l’éthique biomédicale », et qualifient de « fou » le comportement du docteur He Jiankui.

Ce biologiste à l’Université des sciences et des technologies du sud de la ville de Shenzhen vient d’ailleurs, semble-t-il, d’être lâché par son propre labo. L’ancien directeur de l’hôpital privé Harmonicare, dans lequel He Jiankui a effectué ses recherches, affirme qu’il n’a pas signé le formulaire autorisant l’expérience, comme d’ailleurs les autres médecins de l’hôpital dont les noms figurent sur le document daté du 7 mars 2017.

Enquête demandée

Il est vrai que l’affaire fait également scandale dans l’opinion. Après avoir salué « une avancée majeure pour la science chinoise », les réseaux sociaux se sont complètement retournés ce mardi. De nombreux internautes s’inquiètent pour la santé de LuLu et NaNa, les bébés jumelles dont un gène aurait été désactivé par le professeur He Jiankui afin, selon ce dernier, de les immuniser contre le virus du sida.

La Commission nationale de la santé chinoise a demandé une enquête sur cette expérience à la Commission de la santé de la province du Guangdong dans le sud de la Chine dont dépend l’hôpital de Shenzhen.

Avec notre correspondant à Pékin, Stéphane Lagarde


Guinée :Cellou Dalein Diallo a-t-il noyé sa quête d’alternance dans des compromissions répréhensibles ? (Opinion)

Combien étaient-ils dans les rues lors des dernières manifestations de l’opposition ? Une marée humaine, une déferlante, une bonne centaine de milliers de manifestants, etc. ; du côté des organisateurs et de leurs partisans, chacun y va de ses estimations et de ses superlatifs.

Mais pour d’autres, ces manifestations ont été un véritable fiasco, lamentables partout ailleurs dans le pays. Ici, juste une dizaine de pauvres hères déambulant comme des âmes en peine, là, une petite centaine d’enragés, enragés beaucoup plus par leur propre échec que par leurs slogans… Il faut dire qu’il n’y a donc pas de quoi pavoiser et que gardant la raison, les stratèges de l’opposition s’évertueront certainement à revoir leur copie et ne se contenteront pas des déclarations d’autosatisfaction de façade.

L’hirondelle incarnée par le langage policé du Chef de file n’a pas apporté le printemps annoncé. Loin s’en faut ! Sa dernière ‘’grosse manifestation’’ nous a fait revenir à l’esprit les errements d’une opposition sans programme, sans orientation, sans réelle volonté de peser sur l’avenir de ce pays,… un véritable panier de crabes dans laquelle les querelles de leadership et de survie ont plus d’importance et de place que l’intérêt commun.

Du déjà vu et entendu avec en prime une fin de manifestation en queue de poisson et les commentaires déjà écrits « tueries, répression féroce des forces de l’ordre sur une marche pourtant pacifique…» Stratégie de «looser» alors que la seule tenue d’un meeting qui garantit la sécurité à ses membres et qui mobilise aurait eu un impact beaucoup plus positif car plus responsable et respectueuse des citoyens. Au lieu de cela «on marche». La stratégie est éculée et ça ne prend plus.

J’avoue que, lorsque des informations faisant état de rencontres entre des proches du Chef de file de l’opposition et certains milieux connus pour leur violence avaient circulé, nous n’y croyions pas sérieusement, convaincus que nous étions que Cellou Dalein Diallo n’allait pas noyer sa quête d’alternance dans des compromissions répréhensibles. C’est vrai que quand l’opposition a accusé le pouvoir de vouloir infiltrer sa marche, on a eu le sentiment du voleur qui crie au voleur, mais nous attendions de voir. Eh bien, en écoutant les uns et les autres et en lisant les comptes rendus des journalistes les plus proches du mouvement, on a la nette impression que personne n’est dupe et que l’accusation n’est pas sérieuse. Tout au plus y accuse-t-on les forces de l’ordre d’avoir mal interprété des mouvements de foule. On peut donc dire que les organisateurs des marches ont eux-mêmes planifié les incidents et donc les violences contre leurs propres militants ! A quel dessein ? En tout cas, la presse proche de l’opposition, qui était par ailleurs au cœur des manifestations, affirme qu’il y a eu de sérieuses défaillances dans les organisations. En refusant de les reconnaître et par conséquent de travailler à faire mieux, M. Cellou Dalein Diallo prépare d’autres incidents du genre contre ses propres militants.

Toutes ces femmes qui se sont déplacées, convaincues qu’il avait civilisé l’opposition, en auront eu pour leurs frais. Pour les y rependre, il faudra certainement se lever de bonne heure.

La messe est donc définitivement dite sur le sujet. Et il faut dès lors savoir que notre opposition est ce qu’elle est : une opposition immature à laquelle notre peuple n’accorde aucun crédit. Un constat certes amer mais qui traduit la réalité d’hommes et de femmes qui ne croient en rien et dont l’injure et l’anathème sont les seuls «projets» communs.

Ahmed Camara / Berlin


Mines / La Guinée signe trois conventions de projets miniers avec la SMB Winning Consortium

Trois conventions portant sur l’exploitation de la bauxite sur un nouveau site, la construction d’une raffinerie et d’une voie ferrée, le tout jumelé avec une exploitation agricole, ont été signées, ce lundi 26 novembre, par le ministre en charge des mines, Abdoulaye Magassouba et Fadi Wazni, président de conseil d’administration de la  SMB Winning Consortium, en présence de plusieurs cadres de l’Etat et représentants des communautés locales.

Etant tous situés dans la zone économique spéciale de Boké et dans les environs, la construction de ces infrastructures va permettre à la zone de Boffa d’être désenclavée, permettre aux mines de jouer leur rôle dans le développement du pays et aussi générer des milliers d’emplois, tant dans leur phase de construction que d’exploitation.

Qualifiant ce jour de  grand, le ministre Magassouba estime que cet investissement de près de 3 milliards de dollars américains est l’un des plus importants dans le secteur minier. S’adressant aux investisseurs, il a aussi dit qu’ils sont « en parfaite adéquation avec la nouvelle politique minière mise en place par le président de la République, le Pr Alpha Condé, depuis 2010. Elles répondent également à des demandes pressantes du Président, à l’endroit des sociétés minières ; d’bord la transformation locale des produits miniers ; cette raffinerie qui sera construite par le consortium SMB Winning répond à cette demande, ensuite que les mines soient un véritable levier de transformation de l’économie nationale, à travers leur intégration au reste de l’économie, un chemin de fer multi-usage et multi-utilisateurs, le long duquel un projet  agricole ambitieux est développé ; ces deux composantes répondent à l’intégration  effective du secteur minier au reste de l’économie, pour qu’en étant levier, ce secteur permette le développement du moteur de la croissance économique de la Guinée, qui est le secteur agricole ».

Le ministre Magassouba a rassuré les partenaires « de l’engagement absolu du gouvernement dans la mise en œuvre de ces projets transformateurs pour l’économie guinéenne, tout en comptant bien sur la réalisation de tous les engagements formulés dans ces conventions par le consortium SMB Winning. »

Expliquant l’importance de ces projets, Fadi Wazni a déclaré que : « Nous allons signer ces conventions qui vont permettre à notre cher pays de faire un bond en avant sans précédent ; avec ces nouvelles mines, le chemin de fer et la raffinerie, le projet Boffa-Boké va accélérer le développement de la Guinée. Le chemin de fer nous dotera d’une infrastructure de classe mondiale, le programme agricole créera de l’emploi et fera de la Guinée une puissance agricole, l’usine d’alumine permettra de créer de la valeur ajoutée de manière très significative  et va propulser la Guinée dans l’ère industrielle ».

Présent à cette cérémonie, le ministre du Budget, Ismaël Dioubaté, s’est réjoui en affirmant que : « Ce projet va créer assez d’emplois dans le monde rural, ce qui va permettre naturellement de créer des jobs qui permettent naturellement de collecter des impôts et des taxes. Nous passons de l’illusion à la réalité. Avant l’arrivée du Pr Alpha Condé, il n’y a avait qu’une seule société qui exploitait les mines ; aujourd’hui on a signé assez de conventions et les autres conventions précédentes portaient sur l’exportation de la bauxite brute, mais maintenant, on passe à la phase de l’industrialisation, je crois que c’est une bonne chose pour le peuple de Guinée, une bonne chose pour l’économie guinéenne, et aussi pour la coopération internationale ; et cela met en valeur la place de la Guinée qui est la sienne sur le plan international en matière des mines ».

Pour l’ambassadeur de France en Guinée, Jean-Jacques Grosgurin, « c’est un projet structurant », dans le cadre de la filière minière, avec en plus des conséquences importantes en matière de développement pour la population.

Abdou Lory Sylla