vendredi, mars 22nd, 2019

 

Ministère du Budget : bientôt l’évaluation des DAF (ministre)

Travailler sur le schéma et la méthodologie d’élaboration annuelle du Budget de L’état. Tel était la toile de fond d’une rencontre présidée dans l’après-midi de ce mercredi 20 mars à Conakry. La rencontre a réuni les DAF (directeur administratif et financier), les chefs comptables, les responsables des bureaux de stratégies et de développement venus des départements sectoriels.

C’est le ministre du Budget qui a officié l’ouverture des travaux. Dans son discours de circonstance, après avoir émis l’ardent souhait de voir que le cycle budgétaire de cette année est respecté à l’image du précédent et dans les délais requis, Ismaël Dioubaté a déclaré vouloir que les services fonctionnent normalement, pour que chaque partie prenante de la chaine d’élaboration du budget fasse son travail.

Ensuite, il a informé l’assistance de sa volonté de procéder à l’évaluation prochaine de l’ensemble des DAF selon cette grille. « Celui qui n’est pas performant, je tire toutes les conséquences. Et croyez-le, je vais tirer toutes les conséquences. Parce que si nous voulons être performants, il faut que nous sortions du caractère subjectif en étant objectif dans ce qu’on fait. Je peux avoir de bonnes ou de mauvaises relations avec telle ou telle autre personne. Mais quand il s’agit du travail, il faut qu’on ait un instrument qui permet des outils d’évaluation. On va les mettre en œuvre », a annoncé M. Dioubaté.

Plus loin, le ministre du Budget a invité à une meilleure collaboration entre les DAF et leurs ministres respectifs. « Je crois que ça s’est beaucoup amélioré. Depuis l’année dernière, mon premier travail était d’organiser un séminaire à l’intention des collègues du gouvernement pour qu’ils maîtrisent d’abord l’ensemble du processus budgétaire et le rôle des DAF auprès d’eux. Je pense que beaucoup d’entre eux maîtrisent cette question. Cependant, vous devez continuer à jouer votre rôle de tuteurs car ils ne maîtrisent pas tout le processus budgétaire. Il faut leur expliquer avec la pédagogie pour leur permettre de mieux maitriser. Et de toutes les façons, quelle que soit notre connaissance, quelle que soit la position qu’un(e) DAF puisse avoir, le ministre reste l’ordonnateur de son budget. Et vous êtes les premiers assistants du ministre dans l’exécution de son budget », a-t-il enseigné.

A cet effet, le ministre Dioubaté a indiqué qu’un DAF doit avoir la dextérité nécessaire pour accompagner son ministre dans l’exécution de son budget. « Donc, je ne souhaite pas qu’il y ait des problèmes entre les DAF et leurs ministres. Ce qui n’est pas du tout bon. Mettez-vous à leurs services. Conseillez-les. S’ils sont énervés, prenez du recul. Puis, vous revenez les voir pour leur expliquer mieux. C’est cela votre travail : comment manager vos patrons. Ce n’est pas facile. C’est un travail très fastidieux, parce que nous les ministres, nous avons assez de contraintes à la fois de résultats, des contraintes sociales, etc. Mais si vous interprétez nos humeurs, vous ne pouvez pas travailler avec nous », a intimé Ismaël Dioubaté à ses hôtes venus des différents départements ministériels.


Protestation contre un éventuel 3ème mandat / Quand des artistes de la musique urbaine s’en mêlent !

Depuis quelques jours, on constate dans la sphère socioculturelle guinéenne, une remontée de chansons et d’interventions caustiques à l’endroit d’un éventuel « 3ème mandat ». Après Takana Zion, il y a quelques jours, c’est l’artiste rappeur, Djani Alfa, connu pour ses chansons plutôt pimentées, qui s’y colle. Avec sa récente musique, lancée hier mercredi, à 16h, sur les différentes plateformes.

Dans ce single intitulé “Ntoma Act 2”, Djani Alfa a fait une sorte de lettre ouverte du président de la République, dans laquelle il fait un bilan de la mauvaise gestion du pays depuis 2010, avant d’inviter le chef de l’État et les membres du gouvernement à avoir un regard plus humaniste sur les tristes réalités que traversent les populations guinéennes.

Comme pour réaffirmer sa position face à un éventuel troisième mandat du Pr. Alpha Condé, le rappeur a déclaré ceci dans un de ses couplets : « Excuse-moi de te dire ça, mais il le fallait. 2019, 2020, ça va être salé. Les vautours autour de toi ont commencé à parler d’un éventuel troisième mandat, il paraît que tu veux t’installer. Entre nous, je te le dis, j’espère que ce n’est pas vrai, que ce sont juste des on-dit… J’espère que tu es déjà prêt à passer la main, à marquer l’histoire de ton empreinte et à être le père de la démocratie au vrai sens du terme ».

Quelques heures plus tôt, l’artiste reggae-man, Mohamed Mouctar Soumah alias Takana Zion, avait lui aussi, posté sur sa page Facebook, une vidéo,  dans laquelle il a déclaré en langue soussou « Troisième mandat fé amou lamma » (le troisième mandat n’aura pas lieu).

Par la même occasion, le concepteur de “Machougui” a ouvertement fustigé les membres du gouvernement, mais aussi les promoteurs d’un éventuel mandat de plus pour le Pr. Alpha Condé. Avant de faire une mention spéciale au ministre des Travaux publics, Moustapha Naité, qui selon lui, est le seul membre de ce gouvernement qui joue un peu son rôle.

À noter que ces deux artistes chanteurs (Takana Zion et Djani Alfa) ont appartenu, il y a quelques temps, à un mouvement  musical de dénonciation, dénommé  “Wonkhai 2020” qui, selon eux, avait pour objectif la défense des intérêts du peuple de Guinée.

Mohamed Soumah


Remise des camions pour l’assainissement de Conakry

La société turque Albayrak vient d’offrir à la Guinée du matériel d’assainissement pour la ville de Conakry. Au nombre d’une trentaine, ces matériels sont composés de camions-poubelles, de camions balayeurs et des bacs à ordures.

La remise de ces matériels d’assainissement a eu lieu ce jeudi, 21 mars 2019 sur l’esplanade du Palais du peuple sous la présidence du Chef de l’Etat, le Professeur Alpha Condé.

Le porte-parole de la société donatrice a rassuré que cette entreprise va réunir tous les moyens pour débarrasser Conakry des ordures : «C’est un honneur pour nous de participer à cette cérémonie de remise de ces matériels. C’est le premier pas pour Conakry propre. La remise de ces camions est la preuve que la nature est la chose la plus magnifique. Par sa nature, c’est un pays accueillant et chaleureux, de quoi en être fier. Nous sommes honorés  de participer à ce travail par le billet de ces camions. Nous allons rendre Conakry propre. C’est une promesse. Le nombre de camions que vous voyez là, ce n’est qu’un début. Nous allons faire le triple avec les moyens dont nous disposons. La population sera également éduquée pour qu’elle puisse vivre dans la propreté et qu’elle respecte l’environnement. Nous sommes là pour assainir Conakry».

En ce qui concerne l’utilisation de ces matériels d’assainissement, le Président Alpha Condé a apporté des précisions : « Nous sommes ici pour la remise des matériels que la société Albayrak a bien voulu mettre à la disposition de la Guinée pour l’assainissement de la ville de Conakry. Il y a des camions bennes, des camions balayeuses, plus des bacs à ordures. Déjà, nous avons fait le dépouillement des différentes offres et nous allons le notifier à ceux qui ont été retenus. Pour le moment, nous avons fini en ce qui concerne le ramassage. Il reste maintenant ceux qui vont faire l’enfouissement. Enfin, dès qu’on va commencer le ramassage, on va analyser les différents types de déchets afin de passer à un autre type d’appel d’offres pour leur transformation en énergie. Il ne faut jamais oublier que le Président Erdogan a dit que Conakry n’est pas propre, donc, il s’agit d’assainir la ville qui a beaucoup de saletés. Mais, nous allons être très clairs. Quand on va  mettre les bacs, on n’acceptera plus que les gens jettent les déchets par terre. Tout le monde doit les mettre dans les bacs. Quiconque jette les déchets par terre sera pénalisé, il y aura des sanctions. Parce que, si on a mis des bacs, c’est pour que tous les déchets y soient mis. On va mettre les bacs dans tous les quartiers et nul ne sera autorisé à mettre les saletés dans la rue ou dans les caniveaux. Et on sera extrêmement sévère à l’encontre des contrevenants».