dimanche, mars 31st, 2019

 

le DG de la SMD et son épouse persona non grata à Léro

Le directeur général de la Société Minière de Dinguiraye (SMD) quitte la zone de Siguirini après la fronde des travailleurs contre ses propos déplacés tenus lors d’une négociation. Telle est l’information reçue par  Guineenews de source officielle dans la soirée du vendredi 29 mars.

En colère, les travailleurs de la SMD ont exigé le départ  Martin White et de son épouse, responsable de l’hôpital de ladite société.  Selon Momo Bangoura, le Secrétaire général de la délégation syndicale de la SMD, une mauvaise communication et un abus de langage de la part de M. White est à la base de son départ.  «Nous avons fait une réclamation par rapport à la prise en charge sanitaire des travailleurs. Lors de notre négociation, le directeur général nous a dit d’aller voir le président de la République (Alpha Condé, ndlr) pour cette réclamation. Car,  selon lui, la société paie des taxes à l’État. C’est le compte-rendu de cette communication qui a irrité les travailleurs. »

Selon un responsable de la SMD, proche de la direction qui a requis l’anonymat, joint par notre rédaction dans la soirée du vendredi, le directeur avait déjà quitté la cité de la société sur ordre du gouverneur de la région de Kankan qui séjourne actuellement à Siguiri. Et sa femme devait le rejoindre dans la matinée de ce samedi 30 mars. Nos maintes tentatives de joindre le gouverneur de la région, le général Mohamed Gharé sont restées vaines.

Pour rappel, la SMD est située dans le district de Léro à plus de 100 kilomètres de la commune urbaine de Siguiri.

Mohamed Moro Sacko


Les 10 raisons pour le départ du Président Alpha Condé en 2020 (Par Marouane Kamara)

Pourquoi les Guinéens ne doivent pas renouveler un 3ème bail avec Alpha Condé au terme de son second et dernier mandat constitutionnel à la tête du pays ?

10 raisons suffisent comme arguments pour démontrer que l’actuel président guinéen ne mérite plus la confiance de son peuple. Qu’elles soient politiques ou économiques, ou encore juridiques et sociales, le bail avec le locataire de Sékoutouréyah doit prendre fin le 21 décembre 2020.  Alpha Condé a montré ses limites. La passation du pouvoir urge et devient de plus en plus impérative à l’allure où la boulimie du pouvoir et le désir de s’éterniser au trône chérissent l’opposant extraverti devenu président introverti.

Les raisons sont simples.

Du point de vue de la Constitution

Les articles 27 et 154 de notre Constitution révisée et amendée de 2010 sont clairs et précis. Au terme du second et dernier mandat constitutionnellement parlant, le président Alpha Condé ne peut et ne doit être candidat à rien. Aucun doute ne doit être semé à ce niveau. Il est sortant définitif sans possibilité d’être repêché.

La division du travail sur la carte ethnique et communautaire 

Il a fallu Alpha Condé pour comprendre que sa gouvernance ne repose pas sur le mérite. Au lieu de l’homme qu’il faut à la place qu’il faut, il a prôné la région ou la communauté. C’est lui qui a dit que la Primature est dédiée a la Basse Côte, l’Assemblée nationale à la Fois (…), et le Foutah comme Dieu le voudra.

Tout sauf le contraire de Conté et de Touré 

L’homme aux mains propres est finalement devenu l’homme avec sans mains. Lui qui incarnait espoir et renouveau, s’est illustré dans la confusion et la continuité des mauvaises pratiques. Du complot du 19 juillet à la prévarication des deniers publics,  avec ses corollaires d’impunité et autres, finalement, Condé, c’est tout sauf Conté et Touré, même s’il a déclaré au lendemain de son investiture pour son premier quinquennat « prendre la Guinée où ce dernier l’a laissée ». C’est une navigation à la godille. Sa gouvernance n’a rien de singularité, ça pédale partout et dans tous les sens juste pour maintenir l’équilibre.

La paupérisation et le culte de la personne 

Le guinéen fait partie des plus misérables au monde. Ni eau ni électricité avec un revenu au dessous d’un dollar par jour. Le Guinéen n’a jamais connu son époque de gloire et de triomphe. Le malheur du Guinéen a été d’avoir à sa tête un homme qui aime le vacarme pour ne pas dire louange et chant populaires. Un clan s’est toujours enrichi au détriment de l’écrasante majorité de la population qui végète dans l’extrême pauvreté.

Les assassinats et l’État policier

On estimait que l’État policier est révolu. Malheureusement, une partie du territoire national est sous occupation pas étrangère mais interne avec des P.A sous prétexte de rétablir l’ordre public  sur un axe favorable à l’opposition. Les massacres de Zogota, Saoro et de Galapaye ne se seront jamais mis aux oubliettes aussi banalement. La main propre est dans le sang. Tôt ou tard, justice se fera. Le Guinéen n’a plus besoin d’une goute de sang versée.

Les promesses non tenues

Papa-promesse pour des uns ou Papa-usines pour d’autres, le président Alpha a le don divin des usines. Il promet sans cesse. Avec lui, le pays serait le plus industrialisé au monde. Très malheureusement, ce n’est que du vent. J’aime son usine annoncée de « bonbons » et de biscuits car, bientôt mon petit garçon aura besoin d’un croquant labélisé Guinée.

Une justice à double vitesse

C’est le talon d’Achille de sa gouvernance. Plus de 20 millions d’euros investis. Mais pour quels résultats ? Allez le savoir ! La justice guinéenne se porte très mal et assez mal pour ne pas dire qu’elle reste quasi inexistante. Il suffit de faire un sondage dans le secteur pour s’apercevoir de toute la merde. Les  vindictes populaires et sermons populaires sont des preuves irréfutables. Car, si l’appareil judiciaire d’un pays est défaillant, cela encourage forcément la justice sauvage. Il y a des juges et des tribunaux en Guinée, mais pas la justice.

Corruption et détournement 

Les choses les mieux partagées dans la gouvernance Condé sont la corruption et le détournement, mais difficile à prouver. Les surfacturations et autres tares sont monnaies courantes. Alpha Condé lui-même passe au savon certain de ses lieutenants mais qui n’ont jamais été iniquités. C’est le parfait d’un opposant historique devenu président hystérétique. Ça va dans tous les sens comme les testicules d’un mouton. Ça balance et balance de tous les cotés. C’est quand on veut s’en débarrasser, on lance des audits. Les plus loyaux prévaricateurs ne tombent jamais. Seuls, ceux qui font le double jeu sont appelés et qui se font plein le réservoir doivent sauter. La consigne est claire. Il faut bosser pour le maintien à vie de ton très généreux historique opposant président à l’image de ses prédécesseurs. Qui est fou ? Les autres sont restés mais pourquoi pas moi ? Quelle fourberie !

La boulimie du pouvoir et le projet suicidaire du 3ème machin

Il se dit être le « Mandela » de la Guinée, mais assez loin de ce dernier. Outre les deux mandats normaux, Alpha Condé veut aller à l’encontre de la démocratie et des démocrates. Il cherche  un ‘’affrontement d’idées’’ pour expliquer au peuple qu’il est omnipotent, omniscient et omniprésent. Il croit dur comme fer avoir fait mieux que les régimes précédents. Alors que c’est du pipeau ! Pour ne pas dire qu’il n’a rien, mais, c’est tout comme. À part ces hôtels de luxe qui sont hors de la bourse du Guinéen, on ne peut que citer le triste célèbre cimetière de Bambéto avec plus de 100 belles âmes tombées sous les balles assassines d’un État cynique et cruel. Le Guinéen a broyé le fer à son temps. Les libertés politiques ne sont pas admises encore moins celles de la presse. La maxime qui dit « tout ce qui n’est pas avec nous, est contre nous » a son pesant d’or. Tu es dedans ou on te met dehors. Les exilés politiques ne me diront pas le contraire.

Ni pays ni État 

Dans son speech de prise de fonction en 2010, le bout de phrase qui a marqué l’opposition est: ‘’j’ai hérité d’un pays et non d’un État’’. Il était l’espoir pour le renouveau étant nouveau. 10 ans après, on peut faire une autopsie assez sévère de sa gouvernance. Le pays est dans l’anarchie totale. La règle du pouvoir n’est pas juste et équitable. Le partage de la prospérité nationale est pour un clan au détriment de la majorité silencieuse. Bref, le pouvoir est pris en otage.

Au regard de ce qui vient d’être décrit, le plus grand bonheur que le président Alpha Condé puisse offrir aux Guinéens, c’est de passer le témoin à son successeur sans violence aucune.

Un Président sortant définitif n’a pas besoin d’un ‘’affrontement d’idées’’ avec ses opposants. C’est l’opération courir après une montre qui est déjà à l’arrêt. Ça ne sert à rien.

Vivement 2020  pour que vive une alternance démocratique !

Par Habib Marouane Camara Journaliste et Analyste Politique


Mines/ Alpha Condé lance les travaux de construction du chemin de fer du consortium SMB-Wining

C’est dans le district de Kamikolon, localité de Dapilon, à Boké, que le président de la République, Alpha Condé, a procédé, ce vendredi 29 mars, à la pose de la première pierre, donnant ainsi le lancement des travaux de construction du chemin de fer initié par la Société minière de Boké (SMB).

S’étalant sur 135 kilomètres, cette voie ferrée qui va relier le terminal de Dapilon du port de Boké, aux gisements de Santou et Houda, dans la préfecture de Télimélé, va être l’occasion pour le consortium SMB-Wining de construire sur tout son long, des infrastructures, dont des  ponts, gares et tunnels. Mais aussi de réaliser de part et d’autre de la voie, un corridor agricole.

Après s’être dit très heureux du lancement de ces travaux et félicité la SMB-Wining, le président Alpha Condé a réitéré son souhait de « création de groupements  d’intérêt économique de jeunes, afin qu’ils puissent participer au transport de la  bauxite. Les postes de directeur de ressources humaines doivent revenir aux Guinéens, car qui connait mieux les populations que les Guinéens ? Donc, tous les miniers, comme toutes les entreprises étrangères en Guinée, j’ai exigé que le directeur des ressources minières ainsi que le responsable chargé des rapports avec les communautés, parce qu’ils connaissent mieux les populations et leurs coutumes.  C’est même mieux pour faciliter les relations entre les miniers et populations. J’espère que toutes les sociétés vont rapidement passer à cet acte. Que la contournante soit construite pour diminuer les nuisances que les populations de Boké subissent, afin que les camions ne traversent pas la ville ».

Puis, il a invité le consortium à en faire toujours un peu plus.

A son tour, le commandant général du consortium, Sun Xinshun, consul honoraire de la Guinée à Singapour, a remercié tout le monde pour la participation à cet évènement qu’il a indiqué comme marquant « une étape clé du développement du consortium SMB-Wining »

Avant de poursuivre, par ailleurs que : « Le consortium SMB-Winning va poursuivre ses efforts, car nous savons, que nous avons le devoir de faire notre mieux pour contribuer au développement économique de la Guinée et au bien-être du peuple de Guinée. » Plus loin, il ajoute : « La construction de ce nouveau chemin de fer sera à nouveau garant pour une exportation encore plus stable de la bauxite guinéenne, et renforcera sa position sur le marché mondial. C’est un projet de grande envergure, qui souligne encore une fois, l’ambition du consortium SMB-Wining en Guinée et son amour pour ce beau pays et sa population. Ce réseau va non seulement accroitre les activités minières dans la région de Houda et de Santou, mais aussi marquer le début d’un réseau ferroviaire moderne en Guinée, voire en Afrique de l’ouest. Cette ligne ferroviaire, réduira la pollution et permettra d’économiser de l’énergie, c’est un projet durable et gagnant-gagnant, qui favorise la protection de l’environnement et qui témoigne des responsabilités sociales du consortium ».

Au nombre des projets futurs, il a listé entre autres : « Nous prévoyons aussi de construire très prochainement une usine d’alumine, dont la capacité annuelle pourra atteindre 1 million de tonnes. Tous ces projets nous nécessitent de former un grand nombre de talentsz et des experts en technique et en gestion ».

Quant au chef du département en charge des mines, Abdoulaye Magassouba, il a apprécié cette action, de laquelle il a dit que : « Notre pays continue sa marche à grand pas dans la mise en valeur de ses importantes ressources minérales au service du développement des autres secteurs de développement de l’économie. »

Plus loin, il a estimé qu’ « il est important de rappeler que la construction de la dernière voie de chemin de fer complète, allant d’une mine à un port en Guinée date de 1974, soit plus de 44 ans. La réalisation de ce  projet, répond donc aux orientations du chef de l’Etat, donnant la priorité à la construction des infrastructures ferroviaires, portuaires et à la transformation locale des produits miniers, pour poser les bases d’une véritable émergence de la Guinée. La  mise en exploitation de ce chemin de fer, permettra à la SMB de transporter en pleine capacité, 30 millions de tonnes de bauxite par an et confortera la position de la Guinée sur le marché mondial ».

Donnant les détails techniques, le ministre Magassouba a ajouté :  « Le chemin de fer dont la construction a été lancée aujourd’hui, contribuera significativement au développement durable de la Guinée… La construction de ce chemin de fer de plus de 130 kilomètres est prévue pour une durée de 3 ans, les investissements nécessaires pour la réalisation de cette ligne, l’acquisition du matériel ferroviaire, 24 locomotives et 1.440 wagons, sont estimés à 1,2 milliards de dollars US et seront assurés par les actionnaires du consortium. Plusieurs ponts et ponceaux, passages à niveau ainsi qu’un tunnel seront réalisés dans le cadre de la construction de ce chemin de fer. Il faut aussi noter que la convention ferroviaire conclue pour la réalisation de ce chemin de fer est de type BOT, d’une durée de 33 ans, au terme desquels l’infrastructure sera transférée en pleine propriété à l’Etat guinéen ».

Enfin, il a invité les populations à soutenir et accompagner les actions de la société et cette dernière à observer  la pleine application du contenu local.

Au nom des communautés locales, Ansoumane Zito Coumbassa, maire de la localité de Kolabounyi, a déclaré à l’endroit du président de la République :  « Nos citoyens, très émus par le sens profond de l’évènement, me chargent de vous exprimer leur sentiment de joie et de satisfaction », tout en indiquant que cette pose de première pierre comme une action qui « amorcera le développement socio-économique de notre pays en général et de la préfecture de Boké en particulier » qui, selon lui, aura entre autres conséquences positives  « des milliers d’emplois jeunes, réduire la pauvreté dans les communautés ».

A rappeler que dans un premier temps, l’usage de ce chemin de fer sera exclusivement réservé au transport de la bauxite du consortium SMB-Wining, avant de plus tard permettre à d’autres sociétés d’en bénéficier et enfin, il sera utilisé pour le transport des marchandises conventionnelles et de passagers.

Abbou Lory Sylla