Armée Guinéenne VS Mouctar BAH, correspondant de Rfi en Guinée: devant la HAC il dit ne rien se reprocher.

Un papier passé via les antennes de Rfi par Mouctar BAH lui vaut des ennuis. Dans ce papier, le Journaliste a relayé des informations recueillis auprès des familles endeuillées suite à l’assassinat de deux jeunes à wanindara à l’occasion de la journée ville morte appelée par l’opposition. Selon ces familles, ce sont les bérets rouges qui ont ôte la vie à ces jeunes. Cette information incriminant l’Armée ne laisse pas la HAC insensible. Saisie par l’Armée au travers d’une plainte, elle convoque le Journaliste et juge son information non équilibrée, car dit-elle, il n’aurait pas écouté la version de l’Armée. Mouctar se défend en affirmant avoir remué ciel et terre pour obtenir un répondant du côté des autorités militaires mais en vain  » Je leur ai dit que c’était vers 22 heures à 23 heures, c’est pourquoi, je n’ai pas appelé. Le lendemain, j’ai tout fait pour les avoir, mais impossible de les joindre. Ensuite, ils m’ont dit que comme le papier est passé c’est ce qui est grave, on a discuté autour de ça. Je ne me reproche de rien, le fait de rapporter des propos des proches des victimes, et que le lendemain j’avais tout fait, j’ai même échangé le lendemain avec Aladji Cellou CAMARA et Souleymane KEITA « , a précisé Mouctar BAH.

Les commissaires de la HAC prévoient une assemblée pour prendre une décision. Celle-ci sera-t-elle favorable ou défavorable au Journaliste ? Attendons la suite.

 

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com 

 

 






Répondre