Atelier de formation des patrons de Guinée : Le président du CNP-Guinée et une vingtaine de fédérations patronales membres empêchées d’accès dans la salle par le clan Kaba Guiter.

Après plusieurs mois de manipulation et de tentative d’intimidation des  fédérations patronales   membres du Conseil National du patronat-Guinéen par  Sékou Cissé, président par intérim illégal non reconnu  par  les différentes  fédérations patronales  membres de cette organisation et    qui avait même eu l’audace de   violer  les statut du CNP-Guinée , Kaba  Guiter qui à forcer organiser un congrès sans l’avis des fédérations et qui  a été d’ailleurs invalidé par le justice Guinéenne. Ce clan de division du patronat Guinéen s’est illustré aujourd’hui en excluant  plusieurs fédérations patronales membres du CNP-Guinée  présentes  dans la cours pour la participation de l’atelier de formation des patrons de Guinée organisé  ce mercredi 22 février  dans un hôtel de la place. C’est ainsi que le président dignement élu  du CNP-Guinée le 10 Décembre 2016 à Conakry, El Hadj Mohammed Habib Hann a réagi  face à  cet acte d’opportunisme et d’intimidation de ce fameux clan de division des patronat-Guinéen.

Pour savoir si c’était un fait d’exclusion aujourd’hui, le président du Conseil National du patronat-Guinéen (CNP-Guinée), El Hadj Mohamed Habib Hann, a déclaré aux médias. « Je dirais que ce n’est pas une exclusion, mais plutôt un esprit de maturité et de responsabilité. Lors  de ma visite  en Côte Ivoire, le bureau de la FOPAO et de l’OIE m’avaient informé pour la tenue d’un atelier  de formation   des patrons en Guinée.   Au cours de l’entretien avec  le président de la  FOPAO, il   m’a  sollicité pour que l’atelier se déroule dans  l’accalmie   et dans de     très bonne condition pour le bien du secteur privé Guinéen.

C’est ce que j’ai promis et c’est ce que j’ai fait », a-t-il déclaré. Avant  de préciser : « Aujourd’hui, le Conseil National du patronat Guinéen (CNP- Guinée) enregistre 42 Fédérations patronales membres. Toutes ces quarante-deux (42) Fédérations patronales membres,  vous  constaterez que la majeure partie  est présente dans la cour et elles  n’ont  pas  pu avoir accès dans la salle  où se  déroule la cérémonie. Et, certaines fédérations ont été exclues  par les forces de sécurité  publique, ce qui n’est pas du tout réglementaire ou normal. J’ai  été interpellé et j’ai demandé   à tout le monde de se calmer dans l’esprit de la cohésion  et de la paix pour  le bien de la Guinée. J’ai donc demandé l’ensemble des Fédérations présentes respectueusement de se retirer », a-t-il précisé. Avant de souligner : « Ce qui est claire aujourd’hui, c’est que nous continuons à justifier à prôner la légitimité .C’est un Congrès  qui a eu lieu au palais du peuple le 10 Décembre 2016  au vu et au su de tout le monde y compris la majeure partie des médias de la place. Nous avons enregistré le jour du Congrès  la majorité absolue ,parce  que 29 fédérations sur  38 présentes ce jour  ont exprimées  la souveraineté , c’est ce qui a été  fait  ce jour-là . Il s’est trouvé  malheureusement, il y a eu manque de communication  à temps  auprès  de nos partenaires. Mais, nous avons essayé de visiter  nos partenaires de la FOPAO et de l’OIE et ils ont pris conscience ce cette situation. Ces partenaires ont fait savoir qu’ils ne constituent  pas un Tribunal pour faire le choix à un leadership ou de jouer un rôle de partisans pour qui que ce soit », a-t-il souligné le président du CNP-Guinée.

« On n’est dans un pays de droit, le CNP-Guinée, c’est une organisation qui mobilise des fédérations patronales. Vous avez certainement dans la Salle pas plus de  six fédérations .Vous pouvez imaginer six fédération sur 42 fédérations patronales membres. La Chambre des Huissier n’a pas été conviée, la chambre des médecins n’a pas été conviée, l’ordre des Avocat n’a pas été convié, la fédération des artisans n’a pas été conviée ,la fédération des femmes entrepreneurs de l’Afrique de l’Ouest n’a été conviée, la fédération de l’Agriculture ,la fédération de la sécurité ,la fédération des prêtes à porter n’a pas été conviées etc. plus d’une vingtaines de Fédérations étaient dans la cours pour assister à cet atelier. Mais qui n’ont pas eu accès à l’évènement et pourtant elles sont toutes  membres du CNP-Guinée », a-t-il fait savoir le président Hann.

Pour clore son intervention, le président légal  du CNP-Guinée, El Hadj Mohamed Habib Hann, a dit : «  Toutes ces  42 fédérations ont été validées par la commission en charge d’organisation du Congrès et la validation des Fédérations patronales membres du Conseil National du patronat Guinéen. Donc, si on est dans un pays de droit, on doit respecter le droit du secteur privé ou on ne l’est pas. Comment on peut expliquer qu’on utilise les forces publiques, la police  afin d’exclure d’une salle  des présidents des Fédérations  patronales de façon illégale. C’est pourquoi  dans  le strict respect des principes et de la loi, nous avons sollicité qu’un huissier fasse le constat  et le reste nous allons voir  ce qu’il y a lieu de faire  dans le respect de l’éthique et de la déontologie  de la profession  patronale.

À noter que le président légitime du Conseil National du patronat-Guinéen, El Hadj Mohamed Habib Hann compte faire des recours  à la justice  afin que le droit soit rétabli dans cette affaire d’injustice au sein patronat.

 

SYLLA Ibrahima Kalil pour www.kenenyi.com 664594788

 

 

 






Répondre