Bayo Ibrahima Kalil

 

Lancement de l’atelier d’identification des besoins de formation pour la révision des programmes par le consortium ayant à sa tête le Centre National de Formation Touristique et Hôtelière (CENFOTH).

Ce mercredi 21 Août  2019, la salle de conférence de l’École Nationale des Arts et Métiers en abrégé ÉNAM, a abrité la cérémonie officielle de lancement du séminaire allant du 21 au 24 courant, intitulé « Atelier d’identification des besoins de formation pour la révision des programmes » organisé par le consortium composé des Institutions de formation ( CENFOTH, Institut de Formation Technique et Professionnel Billy Ecole, Université Mahatma GANDHI) et des Partenaires Professionnels ( Restaurant-Pâtisserie du 2 octobre et l’Hôtel de l’Université de Gamal A. Nasser)

D’éminentes personnalités ont honoré de leur présence à cette cérémonie, notamment celles du Secrétaire Général du METFP/ET, ONIVOGUI Michel, du représentant de la Banque Mondiale, DIENG Assan, du représentant du BOCEJ, des associations professionnelles….

Le Directeur Général du CENFOTH, dans son allocution de bienvenue, a remercié tous les partenaires qui ont contribué à l’organisation dudit séminaire et ceux qui ont répondu à l’invitation, puis a rappelé les grands axes de l’évènement : « L’objectif de cet  atelier est de déterminer  les besoins de formation en hôtellerie-restauration à travers une analyse de situation de travail qui débouche à l’élaboration de neuf (09) programmes de formation selon l’Approche par les Compétences (APC).

Ces programmes sont les suivant :

  • Trois (03) programmes de niveau CAP en Cuisine-Pâtisserie, en Restaurant-Bar et en Hébergement pour le CENFOTH ;
  • Trois (03) programmes de niveau BEP en Cuisine-Pâtisserie, en Restaurant-Bar et en Hébergement pour l’institut de formation professionnelle et technique  Billy-École ;
  • Trois (03) programmes de niveau BTS en Cuisine-Pâtisserie, en Restaurant-Bar et en Hébergement pour l’institut de formation professionnelle et technique  de l’université Mahatma GANDHI. Cinq cents-vingt (520) apprenants sont ciblés dont 60 % de filles ».

Pour terminer, il a ajouté : « L’espoir est permis pour former dorénavant un personnel hôtelier compétent et répondant aux exigences des marchés du travail en Guinée » 

Prenant la parole, monsieur BALDÉ, représentant du  BOCEJ a précisé : «Comme l’a dit le coordinateur, l’objectif de cet atelier est de faire appel aux professionnels et d’associer les Institutions  d’Enseignements professionnels pour co-construire des programmes de formations adaptées pour des jeunes employables à l’issue de formation ».

Monsieur KÉITA Kabèlè, Président  de l’Association des Professionnels du Tourisme et Hôtellerie (APTOUR) a dit en substance : « Fort longtemps, les associations patronales dans le secteur de l’hôtellerie se sont toujours pleins du niveau de formation et de qualification de leurs personnels. Cet atelier vient à point nommé pour identifier ce dont on a besoin et à partir de cette identification mettre des programmes adéquats pour qu’en fin de formation, les apprenants soient opérationnels.

Nous nous réjouissons de cette prise de conscience pour la mise à niveau de nos besoins. Il faudra surtout  faire la remise  à niveau des Enseignants qui sont chargés de former les apprenants ».

« Toute initiative allant dans le sens de la formation ne peut être que salutaire pour nous, parce que c’est réellement le problème numéro un de nos activités hôtelières. Le recrutement en restauration et  dans les métiers de l’hébergement sont les deux piliers qui nous font défaut. Pour les métiers à valeur ajoutée nous avons moins de problèmes. Mais paradoxalement, avec les métiers de base comme la cuisine, le service, la réception, l’hébergement, le service en chambre, nous avons un cruel défaut de ressources humaines,  défaut de candidats et de candidates à même d’intégrer notre structure avec un minimum de connaissances théoriques, je dirai même plus pratique. Même en intégrant avec l’équivalent niveau bac+1, bac+2,bac+3 ou même des masters ,nous sommes obligés de reprendre le tout à zéro. Leur mise à niveau nécessite six (6) à huit (8) mois. C’est avec plaisir que je m’investirai dans la formation des jeunes guinéens pour qu’ils soient plus qualifiés et prennent la Direction des Hôtels pour qu’un Directeur expatrié n’ait plus sa raison d’être », a rappelé Monsieur Geoffroy De Geyer, DG de l’Hôtel Noom.

Monsieur DIENG Assan, représentant  de la de la Banque Mondiale, s’est exprimé en ces termes: « Cet atelier entre dans la cadre du projet BOCEJ, qui comme l’a si bien expliqué notre modérateur, est une réponse des partenaires, plus principalement la Banque Mondiale ; à une requête du gouvernement guinéen de soutenir l’employabilité des jeunes. Monsieur le Directeur Général de l’hôtel Noom l’a rappelé tantôt, ce secteur privé est là pour servir et construire des capacités pour le développement du pays. L’idée est que les jeunes restés en Guinée soient aussi bien formés que les jeunes qui sont partout ailleurs dans le monde, prenant en compte les besoins du secteur privé ; il faut mettre ce secteur au cœur du processus de la formation. C’est seulement comme çà que  nous pourrons répondre à ces demandes comme l’a si bien expliqué le représentant des associations. Tout curricula de formation doit être basé sur ces demandes-là.

La Banque Mondiale est là pour accompagner tous ces travaux, nous avions financé toutes ces institutions que vous êtes sur une base compétitive .les fonds n’ont pas êtes donnés parce que c’est le CENFOTH. Il a competi  en montant un projet avec des associations privées et continue à s’élargir. Aujourd’hui il réalise une activité extrêmement importante dans cet état de construire de nouveaux curricula. La banque sera à vos côtés pour continuer à vous appuyer comme elle l’a toujours fait. Notre mission, au-delàs de financer, est aussi d’appuyer leurs mises en œuvre ce que nous sommes en train de faire avec le projet BOCEJ.».

Quant au Secrétaire Général du METFP/ET, ONIVOGUI Michel, il a déclaré : « Au nom de monsieur le ministre, je remercie la Banque Mondiale mais aussi et surtout les partenaires socio-professionnels ici présents. Comme nous aimons le dire souvent : Nous devons faire avec vous et pour vous. Lorsque la formation technique professionnelle se passe sans le monde professionnel, c’est que les produits sont voués à l’échec par avance. Cela veut dire que dans la détermination de nos besoins en formation, dans la précision des compétences à donner, vous êtes incontournables, car les jeunes que nous formons doivent travailler avec vous.

Donc leur formation doit tenir compte de vos besoins, tant technique, professionnel et même social. En effet, le secteur de l’hôtellerie et du tourisme constitue l’un des leviers importants de la politique du gouvernement et surtout du Professeur Alpha CONDÉ, vu le nombre d’hôtels construits et en chantier dans notre pays la Guinée. Construire ces hôtels est une chose, les gérer en est une autre, voilà pourquoi votre présence parmi nous nous invite à améliorer et travers vous la formation que nous allons donner à nos jeunes s’améliore. La responsabilité des hôteliers identifie aussi l’image de notre pays. L’atelier d’identification des besoins en formation que nous avons l’honneur de lancer maintenant s’inscrit dans le cadre sous-projet ayant pour titre : ‘Développer des compétences de bases du personnel hôtelier’’  s’inscrit en droit ligne dans politique de qualification de notre système d’enseignement technique et de formation professionnelle. Le présent projet consiste à former des étudiants compétitifs des niveaux CAP, BEP et BTS dans les filières porteuses en hôtellerie et permettra également de réhabiliter les locaux de formation, d’équiper les ateliers professionnels et de renforcer les capacités institutionnelles des écoles.

Je déclare ouvert l’Atelier d’identification des besoins de formation pour la révision des programmes ».

À la fin de ces différentes interventions, une collation a été offerte aux participants. C’est alors que les panelistes se sont repartis en trois groupes thématiques composés uniquement de professionnels du secteur hôtelier pour établir le diagnostic des pathologies dont souffre la formation dans le domaine de l’Hôtellerie et le Tourisme en Guinée.

BAYO Ibrahima Kalil


APPEL A CANDIDATURE Groupe GUICOPRES FKPCH1/CDD/18/08/2019/Conakry Avis de recrutement pour le poste de : Secrétaire de Direction H/F

Dans le cadre du renforcement de son organisation administrative et pour le compte d’une de
ses structures basée à Conakry, le Groupe GUICOPRES SA lance un avis d’appel à
candidature pour le recrutement d’un(e) Secrétaire de direction.
Il ou elle assurera les tâches administratives listées à la rubrique « description du poste » cidessous.
Un cabinet spécialisé accompagnera le Groupe GUICOPRES SA dans la présente démarche
de recrutement.
Description du poste :
Sous l’autorité de son superviseur direct, la (ou le) Secrétaire aura pour principales missions :
 Rédaction des correspondances
 Saisir sur PC les correspondances de son Superviseur; notamment les correspondances avec les
diverses administrations et autres organismes, les notes de service, les rapports, les procèsverbaux,
les comptes rendus, les contrats, etc. ;
 Gestion du courrier
 Réceptionner le courrier entrant et diffuser le courrier sortant selon les instructions de son
Superviseur ; Veiller à la mise à jour des registres de suivi des courriers « départ » et « arrivée » ;
 Prendre part aux réunions :
Rédiger et faire signer les compte-rendus des réunions en séance puis les diffuser et les
archiver.
Assurer le suivi des décisions et actions approuvées durant lesdites réunions auprès des
intéressés chargés de leur mise en oeuvre
 Classement
 Procéder au classement des documents destinés ou émanant des services et partenaires
extérieurs de la structure, selon les instructions de son Superviseur ;
 Gestion des rendez-vous et visites
 Prendre ou fixer rendez-vous (tenue des agendas) ;
 Accueillir les visiteurs de son Superviseur ;
 Coordonner les contacts extérieurs et intérieurs de son Superviseur.
 Communications téléphoniques
 Répondre au téléphone ;
 Prendre note des messages destinés à son Superviseur.
Profils et expériences recherchés :
Expérience et diplômes

Diplôme BTS de Secrétaire de Direction (Bac + 2)… ou équivalent

Bilingue : Français – Anglais

Parfaite maîtrise des logiciels Microsoft-Office (Word, Excel, Power-Point notamment)

Justifier d’une expérience suffisante à un poste similaire.
Qualités personnelles
Flexible en vue de s’adapter à des horaires variables selon les impératifs et les circonstances
Autonome, rigoureux(se), discrèt(e) et organisé(e) dans son travail ; disponible et sociable.
Procédure de soumission et date de clôture des candidatures
Si vous souhaitez faire acte de candidature.
Veuillez adresser par email un CV, une lettre de motivation et les copies légalisées de vos
principaux diplômes, en précisant en objet «Recrutement AD-FKPCH», à l’adresse suivante :
Email : info@groupe-guicopres.com/ karamo.kaba@groupe-guicopres.com
Tél : +224 657 11 13 15 / +224 622 22 10 56
La date de clôture des candidatures est fixée au 31/08/2019 à minuit.


DÉCLARATION DE L’UNION DES RADITODIFFUISIONS ET TÉLÉVISIONS LIBRES DE GUINÉE (URTELGUI) SUITE AU PLACEMENT SOUS CONTRÔLE JUDICIAIRE DU JOURNALISTE ET FONDATEUR DE LA RADIO LYNX FM

DECLARATION 

C’est avec beaucoup d’interrogations et de frustrations que le Bureau exécutif de l’Urtelgui a appris, dans la matinée du lundi 19 août 2019, le placement sous contrôle judiciaire du journaliste et fondateur de la radio Lynx Fm Souleymane Diallo et la convocation pour le lundi prochain de Abou Bakr, Directeur général de la radio du même nom. 

Il convient de rappeler d’emblée que depuis un certain temps, beaucoup de journalistes font l’objet d’arrestations arbitraires sur fond de menaces des commis de l’Etat, pour la plupart des cas. Et ce, sans aucun respect de leur droit et en violation flagrante de la loi L002/22/ 06/2010, qui encadre la presse guinéenne et l’exercice du métier de journaliste dans notre pays. 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui exprime ses vives préoccupations face à toutes ces situations difficiles auxquelles les journalistes sont confrontés. 

Le plus préoccupant à ce jour, est le nouveau procédé adopté par certains juges qui franchissent le Rubicon, en écartant simplement la loi L002/22/06/2010 sur la liberté de la presse au profit de celle sur la cybercriminalité. Cela est inacceptable ! 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui considère que tous ces évènements ne permettent pas à une presse privée responsable de s’épanouir et de faire dignement son travail pour le bénéfice exclusif des populations. Un tel acharnement au 21ème siècle de surcroit, contre une entité aussi importante que la presse, est une offense contre toutes nos valeurs et un véritable recul pour notre démocratie. Il faut que ça cesse ! 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui à la lumière de ce qui précède, prend très au sérieux cette situation et appelle tous les médias audiovisuels à resserrer les rangs pour soutenir fortement tous ces journalistes et médias ayant des démêlés avec la justice, afin d’exiger le respect strict de la loi et de la procédure en la matière. 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui avec l’approbation sans condition de tous ses membres, soutient totalement et entièrement la radio Lynx fm et les deux confrères mis en cause. Il appelle, en outre, à une mobilisation unanime de taille pour exiger le respect strict des droits de la presse en toutes procédures et matière. 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui rappelle à la Haute Autorité de la Communication, l’opportunité de se saisir de tous ces cas d’interpellation sans base légale, avec toutes les irrégularités constatées dans les procédures enclenchées contre les journalistes, pour rappeler aux commis de l’Etat, leur devoir et surtout leur limite dans les cas d’espèce. 

Il convient d’ailleurs de citer expressément la loi L003/22/06/2010, qui en donne le plein droit à la HAC, à travers son rôle de régulation et de protection de la presse. 

Il convient également de mentionner que l’on n’a plus besoin de trimballer un journaliste entre les postes de gendarmerie, la Direction de la police judiciaire et les tribunaux, car, la loi est très claire en la matière. En cas de commission de délit par le journaliste et par voie de presse, la citation directe à comparaitre devant un juge reste et demeure l’unique voie empruntable. 

Nul besoin donc de dire, qu’en matière de droit, la spécificité prime sur la généralité. Et, la loi organique L002/22/06/2010 est la plus spécifique à ce jour, régissant la pratique du métier de journaliste en particulier et la presse en général. 

Qu’on respecte les lois de la république. C’est aussi simple que cela ! 

Le Bureau exécutif de l’Urtelgui attire en fin, l’attention officiellement de l’opinion nationale et internationale sur ce qu’il qualifie d’exactions perpétrées contre les journalistes dans l’exercice de leur métier, et invite les autres associations de presse à une action commune et concertée, en vue d’opposer leur refus catégorique à tout musellement de la presse, par quelque entité que ce soit. 

La presse ne peut pas se taire! 

Conakry, le 20 août 2019 

Le Bureau Exécutif


APPEL A CANDIDATURE HAFIA-FC HFC1/CDD/18/08/2019/Conakry Avis de Recrutement pour le poste de : Secrétaire Administratif(ve) = Homme ou Femme

Dans le cadre du renforcement de l’organisation administrative du HAFIA FC dont le siège
est basé à Conakry, la Direction du Club lance un avis d’appel à candidature pour le
recrutement d’un(e) Secrétaire administratif(ve).
La ou le Secrétaire Administratif(ve) s’acquittera des diverses tâches habituellement inhérentes à
ce type de fonction, dont les détails spécifiques sont énumérés ci-dessous.
Un cabinet spécialisé est chargé d’accompagner le HAFIA dans la concrétisation du processus
de ce recrutement.
Description du poste :
Sous l’autorité du Secrétaire Général, la ou le Secrétaire administratif(ve) aura pour
principales missions de :
 Centraliser toute la documentation sportive et administrative du Club.
S’assurer de toujours disposer des versions les plus récentes de l’ensemble des
documents-supports ayant cours au niveau de la LGFP, FGF, UFOA, CAF et FIFA :
relatifs aux Statuts desdites instances et au transfert des joueurs, aux règlements
régissant les compétitions auxquelles le HAFIA pourrait être amené à participer ;
 S’occuper du suivi des licences des joueurs (échéancier de validité/renouvellement)
Tenir à jour l’ensemble des dossiers administratifs : notamment les contrats des
joueurs et leurs échéances, sous la supervision du SG.
Gérer administrativement les dossiers médicaux sous la supervision du Médecin du
Club ;
 Procéder au classement efficace de tous les documents officiels et archives du Club,
selon les orientations du SG et du Président-délégué ;
 Assister à toutes les réunions tenues au Siège du Club – notamment la Grande
Réunion hebdomadaire – en dresser les PV en séance, les diffuser, puis assurer le suivi
des décisions prises auprès des intéressés chargés de la mise en oeuvre ;
 S’occuper de la logistique des déplacements du Club en support du SG et du
Régisseur ;
 Mettre à jour les diverses bases de données constituées sous la supervision du SG et de
la Direction technique du Club ;
 Effectuer les mises à jour de base sur le site internet du Club, selon les informations
qui lui sont communiquées (résultats, communiqués de presse, date de programmation
des matchs).
Profils et expérience recherchés :
Expérience et diplômes

Diplômé€ d’un BTS de Secrétaire de Direction (Bac + 2)… ou équivalent

Bilingue : Français – Anglais

Parfaite maîtrise des logiciels Microsoft-Office (Word, Excel, Power-Point notamment)

Justifier d’une expérience suffisante et réussie à un poste similaire.
Qualités personnelles
Flexible en vue de s’adapter à des horaires variables selon les exigences et l’actualité du Club
Montrer de l’intérêt pour le football : se documenter pour en connaître les actualités saillantes,
les règles du jeu et les divers règlements des entités qui en régissent la pratique
Autonome, rigoureux(e), discrèt(e et organisé(e) dans son travail ; disponible et sociable…
Procédure de soumission et date de clôture des candidatures
Si vous souhaitez faire acte de candidature,
=> veuillez adresser par email un CV, une lettre de motivation ainsi qu’une copie de vos
principaux diplômes en précisant en objet «Recrutement SAHAFIA» à l’adresse suivante :
Emails : info@groupe-guicopres.com/ karamo.kaba@groupe-guicopres.com
Tél : +224 657 11 13 15 / +224 657 02 00 72
La date de clôture des candidatures est fixée au 31/08/2019 à Minuit.


Winnie Byanyima, nouvelle Directrice de l’ONUSIDA

Dans un communiqué de presse publié le 14.08.2019, l’ONUSIDA (l’agence des Nations Unies sur le VIH/sida) accueille Winnie Byanyima au poste de Directrice. Byanyima a plus de 30 ans d’expérience en leadership, diplomatie et philanthropie. Originaire d’Ouganda, elle s’est occupée des questions de genre et de développement par l’intermédiaire du PNUD et, dans ses premiers pas, elle a été membre du Parlement ougandais. Il porte l’air d’une force féminine africaine. Winnie Byanyima prendra ses fonctions après le mandat controversé de 10 ans de son prédécesseur, Michel Sidibé, accusé d’indécence et de certains scandales. Les organismes qui s’occupent des questions d’accès pour les patients atteints du VIH/sida se trouvent souvent dans la position inconfortable d’avoir à écrire des lettres expliquant que le rôle du directeur dans cet organisme doit être redéfini et demandant à d’autres organismes de se mobiliser contre lui. Sidibé est maintenant ministre de la Santé dans son pays natal, le Mali.

Le poste qu’occupe Winnie Byanyima depuis quelques jours exige une gestion subtile et des décisions courageuses. Tout d’abord, disons qu’il existe différentes attitudes des gouvernements à l’égard des populations malades ou affectées par le virus, du refus de fournir des données à la communauté internationale aux peines de prison. Le VIH/sida est répandu parmi les groupes les plus vulnérables, tels que les consommateurs de drogues injectables, les homosexuels, les travailleurs du sexe et les populations migrantes. Les politiques sévères à l’encontre de ces groupes sont source de stigmatisation, ce qui constitue un obstacle majeur à la mise en place rapide et durable des structures sanitaires de l’État. Deuxièmement, l’industrie pharmaceutique introduit des traitements de suppression des virus à espérance de vie élevée (et non encore curatifs) à des prix extrêmement élevés, ce qui rend de plus en plus difficile pour les systèmes de santé, même occidentaux, de les assurer, ainsi que la prévention (PrEP) et le diagnostic. La question de vingt ans de brevets et du grand lobby pharmaceutique continue d’affecter les populations du monde entier. Dans le même temps, l’Organisation mondiale de la santé n’a pas encore été en mesure de coordonner les efforts de recherche au niveau international pour finalement mettre au point un vaccin contre le virus.

Dans ce scénario, la communauté peut accueillir favorablement la nomination d’une femme africaine ayant de l’expérience en leadership politique, mais elle appelle aussi à une action politique plus claire et pas seulement à un équilibre. L’ONUSIDA, est-elle prête à prendre des mesures plus décisives pour atteindre l’objectif ultime de vaincre cette maladie en 2030 ? Une femme africaine sera elle encouragée à s’engager dans ce sens ? Sera-t-elle à même de casser le réflexe artériosclérotique de l’ONU ? Trouvera-t-elle les alliances adéquates dans et en dehors tel sens ?

Winnie Byanyima, après son entrée en fonction, a déclaré :  » C’est un privilège d’avoir ce poste à l’ONUSIDA à un moment aussi critique pour le VIH. La fin du sida en tant que menace publique d’ici 2030 est un objectif que les gens peuvent atteindre, mais je ne sous-estime pas l’ampleur du défi à relever. En coopération avec tous ses partenaires, l’ONUSIDA doit continuer à défendre les oubliés, à promouvoir les droits humains, car c’est le seul moyen de mettre fin à l’épidémie.

www.pressenza.com

www.pressenza.com


Côte d’Ivoire : de La Haye, Charles Blé Goudé rêve de construire un « grand parti »

Le Cojep, le parti de l’ancien leader ivoirien récemment acquitté de crimes contre l’humanité, a tenu son premier congrès samedi. Charles Blé Goudé intervenait par vidéo conférence des Pays-Bas.

« Nous allons construire un grand parti! », a lancé samedi Charles Blé Goudé, l’ancien chef des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire, récemment acquitté de crimes contre l’humanité par la CPI, à l’ouverture à Abidjan du premier congrès du Cojep, son mouvement devenu un parti.

« Je suis Charles Blé Goudé, je vous parle depuis La Haye », a déclaré l’ex-leader intervenant par vidéo conférence devant près de 2.000 personnes rassemblées à Yopougon, un quartier populaire d’Abidjan.

« Je vous fais une promesse, ensemble vous et moi nous allons construire un grand parti politique dont le bastion sera la Côte d’Ivoire » a-t-il martelé.

Venus de tous le pays, les militants du Cojep ont déployé lors d’une cérémonie festive des banderoles sur lesquelles étaient inscrits des slogans: « Avec Charles Blé Goudé nous sommes engagés pour la reconquête des libertés » ou « on a vaincu le 32 », le numéro de la cellule où il a passé cinq ans à La Haye avant son acquittement en première instance par la Cour pénale internationale.

Horizon 2020 ?

« Le congrès qui est aussi une fête pour magnifier la vérité va délivrer un message fort de réconciliation et dire que l’acquittement de Charles Blé Goudé n’est pas une victoire sur un camp, mais la manifestation de la vérité car la Côte d’Ivoire en avait besoin », a affirmé de son côté Jean-Claude Gnahoua, responsable du Cojep en Europe, qui participait à la réunion.

Le congrès qui doit s’achever dimanche pourrait désigner Charles Blé Goudé comme président du Cojep et lui donner mandat de participer aux futurs scrutins, y compris à la présidentielle.

L’ancien chef controversé des Jeunes Patriotes de Côte d’Ivoire se voit un destin présidentiel dans son pays, mais avait annoncé ne pas vouloir être candidat en 2020. « Un jour, j’aimerais diriger mon pays. Mais j’ai tout mon temps. Je sais que la Côte d’Ivoire m’attend », avait déclaré à Jeune Afrique ce fidèle de l’ex-président ivoirien Laurent Gbgabo – également acquitté par la CPI.

Par Jeune Afrique avec AFP


Décès de Jacques Diouf: les hommages du President Alpha CONDÉ

Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, a la profonde douleur de vous annoncer le décès de Monsieur Jacques Diouf, Conseiller Spécial chargé de l’Agriculture et du Développement Rural, survenu ce jour samedi 17 août 2019 à Paris.

Avant d’entamer sa féconde collaboration avec le Président de la République, Monsieur Jacques Diouf a été diplomate, homme politique sénégalais ayant exercé les fonctions de Secrétaire d’Etat puis Ambassadeur de la République du Sénégal, avant d’être Directeur Général de l’Organisation des Nations Unies pour l’Alimentation et l’Agriculture (FAO).

Le Conseiller Spécial chargé de l’Agriculture et du Développement Rural, Monsieur Jacques Diouf, a apporté une contribution fondamentale dans la définition et la mise en œuvre de la Politique de développement Agricole accélérée de la Guinée.
Aux côtés du Président de la République, il a participé à toutes les négociations pour la formulation des programmes d’autosuffisance alimentaire, du développement de l’agriculture commerciale et de l’introduction de nouvelles technologies dans le monde rural guinéen.

Le Président de la République, le Professeur Alpha Condé, présente ses condoléances à la famille de l’illustre disparu, au peuple africain, au peuple et au Gouvernement sénégalais, aux collaborateurs de Monsieur Jacques Diouf à la FAO et dans d’autres organisations internationales.
Que l’âme du défunt repose en paix.

Le Bureau de Presse de la Présidence


Saikou Yaya de l’UFR accuse Damaro : Un deal à Boké lui rapporterait près de 5 millions de dollars l’an

Prenant la parole samedi dernier, à l’occasion de l’assemblée générale hebdomadaire de son parti, le secrétaire exécutif de l’Union des Forces Républicaines (UFR), Saikou Yaya Barry a porté des accusations à l’endroit du président du groupe parlementaire de la majorité présidentielle, l’honorable Amadou Damaro Camara.

Selon le député Saikou Yaya Barry,”un président d’un groupe parlementaire comme Damaro, ce sont les affaires qui l’intéressent.  Aujourd’hui, Amadou Damaro a près de 40 camions à Boké, gérés par son fils et cela lui rapporte près de cinq millions de dollars par an. D’aucuns disent qu’il est en train de former un parti politique parce qu’il a l’argent mais l’argent de qui ? Qui s’est battu pour ça ? Ils sont en train de mourir en Haute Guinée là-bas ou dans les quatre coins de la Guinée, les RPGistes que je connais, que je respecte, qui ne se sont pas battus pour l’honneur, ne bénéficient rien aujourd’hui. Et c’est lui qui tire profit”.

Nous avons en vain essayer de joindre l’honorable Damaro pour sa réaction. Inaccessible par appels, les messages sans réponse.  

Mohamed Soumah


Un ancien fonctionnaire de l’ONU proposé comme PM au Soudan

Abdallah Hamdok, ancien haut fonctionnaire des Nations Unies a été choisi par les chefs du mouvement de contestation pour diriger le prochain gouvernement au Soudan.

Le Conseil souverain, future autorité qui conduira la transition, doit annoncer mardi s’il le confirme à ce poste.

L’alliance de l’opposition nommera également le procureur général, et le chef du pouvoir judiciaire.

M. Hamdok, était le dernier secrétaire exécutif adjoint de la Commission économique des Nations unies pour l’Afrique.

Il a été fonctionnaire au ministère des Finances du Soudan dans les années 1980, avant le coup d’État militaire qui a placé Omar El Béchir au pouvoir.

Le conseil souverain qui sera formé dimanche selon le calendrier convenu, sera composé de cinq membres des deux parties et d’un civil désigné d’un commun accord. Et juste après sa mise en place le conseil militaire de transition sera dissous.

Dans le même temps, la junte militaire de transition a choisi ses membres qui feront partie du Conseil souverain.

Selon le site Web privé de Baj News, « le général de corps d’armée Abdel Fattah al Burhan sera le président de cette structure .

La déclaration constitutionnelle sera signée samedi par les représentants des Forces pour la liberté et de changement FFC et ceux de la junte lors d’une cérémonie à Khartoum en présence de dignitaires étrangers.

www.bbcafrique.com


Affaire Beny Steinmetz: où en est le projet du mont Simandou?

Le milliardaire Beny Steinmetz est accusé par le ministère public suisse de corruption. Il aurait versé des pots-de-vin à des agents guinéens pour obtenir le permis minier du mont Simandou, le plus grand gisement de fer africain jamais exploité. Mais en raison des nombreuses accusations et d’enquêtes internationales, le groupe du milliardaire franco-israélien, BSGR, avait renoncé à ses parts en février 2019, après un accord trouvé à l’amiable avec les autorités guinéennes. Désormais, Conakry cherche un repreneur et l’appel d’offres court encore jusqu’au 19 août.

En Guinée, les blocs 1 et 2 du mont Simandou, ancienne propriété de BSGR, la compagnie de Beny Steinmetz, sont désormais libres de tout contentieux, annonce le texte de cet appel d’offres qui court jusqu’au 19 août. Il reste donc encore quelques jours pour acquérir les 369 kilomètres carrés de la concession, soit la moitié du gisement de fer, encore vierge de toute exploitation.

Aujourd’hui, Rio Tinto en est toujours le propriétaire des blocs 3 et 4. Le géant minier anglo-australien a pourtant mis en vente l’intégralité de ses parts pour la somme de 1,2 milliard de dollars en 2016. Mais finalement, la négociation avec l’entreprise chinoise Chinalco n’a pas abouti. Rio Tinto garde donc le Simandou dans son escarcelle mais la mine n’est toujours pas la priorité pour la compagnie.

« Le projet est donc encore et toujours dans l’impasse », estime Amadou Bah, directeur de l’ONG Action mines Guinée. Pourtant, les potentialités sont colossales. Cent millions de tonnes de fer pourraient être extraites par an pendant 40 ans. Mais les travaux pour exploiter et surtout pour exporter le minerai restent pharaoniques. Il faudrait construire une ligne de chemin de fer longue de 650 kilomètres et un port en eau profonde à proximité de la capitale. Ce projet a été estimé à plus de 18 milliards de dollars.