Cérémonie de funérailles : Adieu, Ahmed Tidjani Cissé !

Des émotions, il y a en eu beaucoup lors des obsèques du ministre de la Culture et du Patrimoine Historique, Ahmed Tidjani Cissé, a remarqué sur place votre quotidien Guinéenews.

La salle des congrès du palais du peuple était à moitié pleine ce vendredi 16 janvier pour dire un dernier au revoir à Ahmed Tidjani Cissé, ministre de la Culture et du Patrimoine Historique, écrivain, poète, nouvelliste, chroniqueur, chorégraphe, dramaturge. Bref, un homme de culture complet. A cela s’ajoute aussi, son parcours politique dont la contribution à l’émergence d’une Guinée démocratique s’est fait sentir à travers son appartenance à divers mouvements sociopolitiques nationaux et internationaux.

Une cérémonie funèbre chargée d’émotions qui aura connu la présence d’une forte délégation gouvernementale conduite par le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana. Ce dernier qui le qualifie ainsi d’un ministre assidu, rigoureux et qui nourrissait de grandes ambitions pour redorer le blason de notre culture. Pour ces innombrables services rendus à sa nation, il a été élevé au rang de dignité d’honneur de l’ordre national du mérite à titre posthume.

Né en 1941 à Kangoléa dans la préfecture de Dubréka, Ahmed Tidjani a fait ses études à l’école normale de Kindia avant de s’exiler en France où il obtient son diplôme en droit public dans l’université de Paris (Panthéon, Sorbonne). Là, il n’hésitera pas de mettre tous les moyens à disposition pour faire connaitre les valeurs culturelles de sa Guinée natale. Ce, par les cours de danse africaine, la création des troupes artistiques et la représentativité de la Guinée à des différents rendez-vous de la culture à l’échelle internationale.

Une cérémonie funèbre chargée d’émotions qui aura connu la présence d’une forte délégation gouvernementale conduite par le premier ministre, chef du gouvernement, Mohamed Saïd Fofana. Ce dernier qui le qualifie ainsi d’un ministre assidu, rigoureux et qui nourrissait de grandes ambitions pour redorer le blason de notre culture. Pour ces innombrables services rendus à sa nation, il a été élevé au rang de dignité d’honneur de l’ordre national du mérite à titre posthume.

Né en 1941 à Kangoléa dans la préfecture de Dubréka, Ahmed Tidjani a fait ses études à l’école normale de Kindia avant de s’exiler en France où il obtient son diplôme en droit public dans l’université de Paris (Panthéon, Sorbonne). Là, il n’hésitera pas de mettre tous les moyens à disposition pour faire connaitre les valeurs culturelles de sa Guinée natale. Ce, par les cours de danse africaine, la création des troupes artistiques et la représentativité de la Guinée à des différents rendez-vous de la culture à l’échelle internationale.

Particulièrement touché par la disparition d’Ahmed Tidjani Cissé, l’ambassadeur de France, Bertrand Cochery a indiqué que l’homme de culture à double nationalité (franco-guinéenne) qu’était le ministre défunt n’a jamais cessé à son vivant de construire le pont entre les deux cultures.

Artistes et membres du gouvernement, principalement, les cadres du ministère de la culture et du patrimoine historique et partenaires ont fait la promesse de continuer les œuvres du défunt. « Il est de notre ambition de terminer le pas qu’avait commencé le ministre Ahmed Tidjani Cissé. Il est urgent d’achever ses œuvres », indique Bertrand Cochery. Le Secrétaire général de l’union nationale des artistes musiciens de Guinée (UNAMGUI), Laye Sidiki Dioubaté, chef d’orchestre du groupe 22 Band de Kankan, a affirmé que les artistes sont engagés à poursuivre la lutte de l’avant-garde du changement prôné par le défunt.

Après quatre ans d’exercice, Ahmed Tidjani Cissé s’en va sans pour autant réaliser nombreuses œuvres à savoir les états généraux de la culture, l’inventaire du patrimoine historique, la construction de la bibliothèque nationale, la construction d’un siège digne de nom pour le ministère de la Culture, la mise en place d’un fonds d’aide à la culture, la construction d’un palais de la culture, pour ne citer que celles-ci. « Nous mèneront à bon port ces projets qui vous tenaient à cœur », a affirmé le Secrétaire général dudit ministère, Mohamed Amirou Conté.

Le médiateur de la République, le président de l’Assemblée nationale, l’ambassadeur des Etats-Unis d’Amérique, la Représentante de l’UNFPA, le directeur de la maison d’édition l’Harmattan Guinée, le président des écrivains de Guinée, sans oublier les collaborateurs et amis du défunt, ont été aussi présents autour de la famille endeuillée. Ahmed Tidjani Cissé laisse derrière lui, sa femme Aïda Gueye et cinq enfants ainsi que ces héritiers du monde de la culture.

Après recueillement, le corps du défunt a été transporté à la mosquée Fayçal pour des prières et bénédictions avant de rejoindre le cimetière de Cameroun où il repose à jamais désormais.






Répondre