Des communales à faible taux d’affluence à Conakry.

Ce dimanche 04 février, 30 mille personnes (77 % d’hommes et 23 % de femmes) dont les candidatures ont été validées, sont dans le starting block pour briguer les 342 communes de la République. Comme la campagne qui l’a précédée, cette journée électorale se caractérise par son faible taux de participation au scrutin municipal dans les bureaux de vote ou étaient attendus plus de 6 millions d’électeurs.
« Dans mon bureau de vote sis à l’école primaire publique de Simbaya 1 dans la commune de Matoto, beaucoup de cartes d’électeur n’ont pas été retirées par leurs titulaires », témoigne une dame.
Selon M. Sylla I. S, cadre dans l’un des départements ministériels, par rapport à cette faible affluence : « Les promesses faites et non concrétisées par les politiques lors des élections précédentes seraient l’une des explications de ce faible taux de participation des électeurs », a-t-il martelé.
Il faut rappeler que c’est suite au dialogue inter guinéens qu’un accord fut conclu afin d’aller à ces communales. Cet accord avait semé le désaccord entre les partis et acteurs politiques guinéens qui étaient favorables au consensus et ceux favorables au respect de la loi électorale. Sans fausse note, l’on pourrait conclure que la montagne a accouché d’une souris vu la faible affluence des électeurs.
Selon la C.É.N.I, les résultats seront publiés 48 heures après la réception du dernier bulletin de vote.
En attendant cette publication, il faut souligner que c’est en 2005 que les guinéens s’étaient rendus aux communales pour la dernière fois.

BAYO Ibrahima Kalil, tél : 622 211 475 & 654 207 414






Répondre