Finance/ Après deux semaines de mission, le FMI donne de bonnes notes à la Guinée

C’est après deux semaines de mission au compte de la 2ème revue du programme soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC) ,  que le Fonds Monétaire International (FMI)  a bouclé la boucle, ce lundi par un point de presse.

La mission a eu pour objectif de faire le bilan sur les avancées en terme de performance économique et de recettes de la Guinée.

Au cours de ce point de presse qui a réuni les différents responsables du secteur financier guinéen, notamment  le ministre de l’Économie et des Finances, Mamadi Camara,  du gouverneur de la Banque centrale, Louceny Nabé et le ministre du budget, Ismael Dioubaté, il a été question de faire aussi des observations.

Cheffe de la délégation, Georgia Albertin, a rappelé:
« Le programme FEC avait été signé en fin décembre 2017 afin de soutenir le programme économique et les réformes des autorités guinéennes. C’est un programme qui concerne 170 millions de dollars. On voit une économie qui continue à avoir une croissance très forte. Parlant du programme FEC, pour ce qui concerne les critères de performance macro-économique, les réalisations sont bonnes dans le sens que tous les critères de performance de fin juin ont été réalisés. Ça veut dire que la Guinée a réussi grâce à des bonnes politiques macro-économiques. Ce qui est important, c’est de continuer cette politique et de continuer les réformes qui sont en train d’être menées notamment pour ce qui concerne la gestion des finances publiques et celle des investissements publics. »

Pour le ministre guinéen des finances : « L’essentiel donc c’est d’exécuter les différentes mesures du programme de telle sorte qu’au cours de la prochaine revue du programme qui aura lieu au mois de décembre prochain, que cette revue soit concluante. Notre souci c’est de maintenir le cap des réformes. Ce qui est attendu de la part du gouvernement, c’est continuer les efforts dans la mobilisation des ressources internes de telle manière qu’on ait plus de marge budgétaire dans nos dépenses. »

Il est également à rappeler qu’au cours  de ces travaux, la délégation à travers sa représentante dit avoir eu des échanges « très productifs »  avec des membres du gouvernement, des acteurs de la société civile et des députés.

Abdou Lory Sylla






Répondre