France: explosion du trafic de cocaïne en 2017

En France, le rapport pour l’année 2017 du Service d’information, de renseignement et d’analyse stratégique sur la criminalité (Sirasco) montre un marché français de la drogue en pleine expansion.

Jamais autant de cocaïne n’a été saisie sur le territoire français. Dix-sept tonnes de poudre blanche ont été confisquées en 2017 contre près de la moitié l’année précédente. Pour les enquêteurs de la police judiciaire, cette explosion des saisies reflète le dynamisme des trafiquants français qui ont implanté des filières de distribution dans toutes les grandes villes de l’Hexagone.

Les groupes criminels des quartiers difficiles, qui vendaient jusqu’à présent du cannabis, se sont orientés vers le trafic de cocaïne. La consommation en France est en pleine expansion. La part des 18-24 ans ayant expérimenté la cocaïne a été multipliée par quatre en deux décennies. L’Observatoire des drogues dénombrait 450 000 usagers en 2017.

Connexion latino-américaine

Les trafiquants de cannabis ont compris qu’ils pouvaient augmenter leurs bénéfices en proposant de « la blanche ». Un kilogramme de cocaïne s’achète en Colombie pour 1 000 dollars (680 euros). En France, la même quantité se vend pure à 30 000 euros, mais est le plus souvent coupée pour augmenter les bénéfices.

Le banditisme des cités est donc en train de mettre en place des connexions avec les pays producteurs de cocaïne que sont la Bolivie, le Pérou et la Colombie, d’où proviennent 98 % de la drogue consommée dans le monde. Tout porte à croire qu’en 2018, les volumes de cocaïne importés en France et en Europe ne faibliront pas.

A titre d’exemple, quelque 840 kilogrammes de « poudre blanche » ont été interceptés par la police portugaise début septembre sur un voilier battant pavillon français dans l’archipel des Açores. Une tonne et demie de cocaïne a été découverte par les douanes sur un voilier au large de la Martinique, en juillet. Une demi-tonne avait déjà été saisie en mars, sur un porte-conteneurs, à Marseille.






Répondre