Glyphosate: l’action Bayer chute en Bourse après la condamnation de Monsanto

L’action de Bayer s’effondre en Bourse après la condamnation aux Etats-Unis de Monsanto au paiement de 289 millions de dollars d’indemnités à un jardinier victime d’un cancer après avoir utilisé du Roundup. Le groupe allemand a vu son action perdre jusqu’à 14% ce lundi 13 août en Bourse de Francfort.

L’action du groupe pharmaceutique Bayer, nouveau propriétaire de Monsanto, a chuté de 10,31% à 83,73 euros –jusqu’à 14% en séance– pour atteindre son plus bas niveau depuis juillet 2013. Les investisseurs ont réagi à la condamnation inédite du géant de l’agrochimie américain aux États-Unis pour son herbicide Roundup.

Un tribunal de San Francisco a condamné vendredi Monsanto à payer 289 millions de dollars d’indemnités pour ne pas avoir informé de la dangerosité de son herbicide au glyphosate, à l’origine du cancer de Dewayne Johnson, un jardinier américain. Le groupe américain a immédiatement annoncé son intention de faire appel et Bayer a défendu samedi l’innocuité du glyphosate, estimant que d’autres tribunaux pourraient « aboutir à des conclusions différentes ».

Bayer considère que le jugement de vendredi est en « contradiction avec le poids des preuves scientifiques, des décennies d’expérience dans le monde réel et les conclusions des autorités réglementaires du monde entier confirmant que le
glyphosate est sans danger et ne provoque aucun lymphome non-hodgkinien
 ».

Mais cette déclaration n’a pas rassuré les investisseurs, inquiets de l’impact sur les comptes de Bayer des milliers de procédures visant Monsanto aux États-Unis. Pour beaucoup d’analystes financiers, Bayer doit se préparer à affronter un casse-tête judiciaire.

Herbicide le plus utilisé au monde, depuis que le brevet détenu par Monsanto est tombé dans le domaine public en 2000, le Roundup est aussi accusé d’être néfaste pour l’environnement et de contribuer à la disparition des abeilles, ou encore d’être un perturbateur endocrinien.

Bayer a certes annoncé au printemps la disparition du nom sulfureux de Monsanto, déformé en « Monsatan » ou « Mutanto » par ses détracteurs. Mais cette annonce ne solde en rien le passif judiciaire de Monsanto ni les controverses qui l’entourent.

Manifestation de protestation contre Bayer et Monsanto à Bonn en Allemagne le 25 mai 2018.
Par RFI





Répondre