Guinée : Ils ont tué le débat ( Coup de Gueule de Ben Daouda Touré)

A l’avènement du gouvernement de Mr Kassory Fofana, on était en droit d’attendre des acteurs politiques et de la Société Civile :
Le bilan du Gouvernement Mamadi Youla
Le diagnostique sur les points d’échec
Le soulignement les réussites et Jeter un regard sur les perspectives du Gouvernement sortant.
L’Exigence d’un discours de politique générale du gouvernement entrant, et sa feuille de route par rapport aux diagnostiques et aux perspectives du gouvernement sortant.
A mon avis cela aurait permis une vision claire de ce que veulent l’opposition et la Société Civile, de ce quelles peuvent faire faire au gouvernement  en termes de changement d’orientation politique et donner une bonne image à l’Assemblée Nationale.
Une meilleure manière de justifier leur existence et susciter de l’espoir pour l’alternance.
Par ricochet, aider le gouvernement dans ses prises de décisions qui profiteraient au plus grand nombre de guinéens.
C’est déplorable qu’après sept ans, trois premiers ministres et quatre gouvernements, tout ce qui peut faire sortir nos leaders d’opinion dans la rue c’est le prix du pétrole, sans pouvoir rien changer, et la fuite vers le maquis pour la partition du pays entre clans politiques.
En effet, de par le vide créé par la démagogie, les syndicats qui n’ont pas pour mission de proposer une politique nationale, se sont engouffrés dans la brèche du carburant, tirant toutes les guêpes de par envers eux, et des abeilles stériles, produisant toute sorte de désagréments à la population, mais point de miel; brisant ainsi le résidu de confiance quon avait encore en eux, avec une Société Civile qui nous tombe de nulle part.
Pendant que ces organisations pataugent on ne sait dans quelle négociation, voilà le tour des politiciens en quête de sensations, venir nous refaire le coup de la « Constitution » !
« Le gouvernement a violé la Constitution» ; Quelle Constitution ? Quel article de la Constitution ? A quel moment? Les Elus du Peuple ignorent-ils la Constitution pour qu’on déplace ce débat à Cosa Bambéto? A la tannerie ? Ne sont-ils pas présents à l’hémicycle ces défenseurs de la Constitution? En fait, pour ceux qui rêvassent encore, la « Constitution » guinéenne, leur Constitution, est la voie qui conduit aux maquis des arrangements entre copains politiques. Voilà pourquoi justement ils ne veulent pas la soumettre au referendum ? Parce que tant que ce machin est à leur niveau, tous les arrangements sont possibles ; bref à leur niveau, il ny aura que des arrangements et point de Loi. Nous sommes tombés si bas!
Les partis politiques sont privés et construits sur des fibres ethniques pour nous empêcher de construire une Nation forte et consciente, non gérable par la mafia. Ils se sont coalisés pour tuer tous les débats, en ce moment crucial du dernier virage de la fin du 2ème mandat. Ils se sont repartis le gâteau et la voix du Peuple ne compte plus. La Constitution n’est pas vulgarisée et, « tout ce qui est méconnu reste l’affaire des initiés »; et na jamais été soumise au referendum, car « tout ce qui n’est pas interdit est permis »; voilà de quoi les politiques profitent à merveille, y compris la partition du pays entre clans mafieux.
Les communes sont distribuées par amour mutuel. «je t’aime moi non plus».
Pour accompagner la classe politique dans son mépris envers les électeurs, les syndicalistes et la Société Civile se sont servis de l’essence, pour tuer l’essentiel.
Que peut faire le Premier Ministre pour sortir l’Économie de ce trou où tout est commandé par des calculs politiques ?
Par ailleurs, je cherche le. . . Qui a refusé 40 millions fg( ?) dans ce pays. Sa femme devrait demander le divorce, s’il est pauvre.
Putain ! Même le chef de file de l’opposition se fait payer.
Ben Daouda Touré





Répondre