Guinée : la fête internationale des femmes hautement politisée.

La manipulation, l’ultime arme de  ceux qui se grisent dans le rêve d’une présidence à vie, vient d’être utilisée à l’occasion de la fête internationale des femmes par les thuriféraires du troisième mandat. Les époques ont changé, mais les méthodes sont intactes, les pratiques vigoureusement dénoncées au temps du feu Président Lansana CONTÉ font légion sous le règne d’Alpha CONDÉ. Pendant que des folles rumeurs faisant état d’une nouvelle constitution en chantier  pour faire sauter le verrou empêchant un troisième mandat se propagent, un groupuscule de femmes a brandi ce 08 Mars des pancartes de soutien à la nouvelle constitution.  Même si l’initiative n’a pas encore été officialisée, cette énième sortie allant dans le sens d’un troisième mandat peut amener l’opinion à conclure que le projet est en gestation. Dorénavant, la question c’est autour de sa matérialisation.

La politique a dominé le débat, les questions essentielles autour de la gent féminine passées au second plan.

La couche féminine en Guinée se heurte à une multitude de problèmes au-delà des préjugés condamnant la femme africaine à courber l’échine au foyer, ce sont les violations fréquentes de leurs droits, les viols sexuels, les violences conjugales qui rythment leurs quotidiens, sans occulter la sous-représentation des femmes dans les instances de décision. Le 08 Mars était l’occasion idéale pour organiser des Panels, des débats sans tabous autour de ces questions, mais la politique s’est invitée et toutes ces questions ont été évacuées au grand dam des femmes laborieuses de Guinée.

L’occasion aurait pu également être mise à profit pour dresser le bilan de ce second mandat dédié aux femmes et aux jeunes, par celui qui a parrainé cette manifestation du 08 Mars.

Le Ministère de l’Action Sociale au cœur de cet événement vient de pêcher, il n’a aucune excuse possible, et les femmes laborieuses de Guinée doivent demander des comptes à la cheffe de ce département.

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com.






Répondre