Hausse spectaculaire du prix du mouton.

À quelques jours de la fête de tabaski, trouver un bélier pour accomplir une obligation religieuse, est devenu un chemin de croix. Et pour cause ?

Les prix  de ces animaux ont grimpé de façon exponentielle, ils sont fixés en fonction de la masse, de la taille et parfois de leur provenance.

Sow Mamadou Bella, fonctionnaire de son État venu se procurer d’un mouton martèle : « le prix le moins cher serait 600000 FG. il y en qui coûte   1 000 000 FG.

À la question de savoir la cause principale de cette hausse, certains clients pointent du doigt le laxisme de l’État, qui affiche un laisser-aller total permettant aux vendeurs de fixer des prix à leur guise. D’aucuns indexent le manque d’investissement dans le domaine de l’élevage par le Gouvernement. Ils sollicitent du gouvernement d’inscrire l’élevage parmi les axes prioritaires.

À cause du prix exorbitant, inaccessible à certains, plusieurs musulmans seront dans l’incapacité d’accomplir cet acte religieux  vivement recommandé par l’Islam.

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com  

 

 






Répondre