Kaloum/Risque de volcan : le ministère de la Géologie rassure

A Kaloum, il y a près d’une semaine,  la découverte d’une fumée jaunâtre s’échappant d’entre les roches, derrière le palais du peuple, avait donné suite à des commentaires empreints d’inquiétude. Certains y voyant notamment signe annonciateur d’un volcan susceptible de se réveiller. Mais il n’en serait rien. A l’issue d’une enquête menée par des cadres du ministère des Mines et de la Géologie et dont les conclusions ont été rendues publiques ce vendredi, il s’est avéré qu’il s’agissait d’un équipement marin.

« On a cherché et retrouvé cet équipement le troisième jour. Les enquêtes ont signifié que la fumée jaune sortait de cet endroit précis », a expliqué Barry Mamadou Hady, Directeur général adjoint du Centre de Géophysique et de la Sismologie (CGS).

Selon lui,  l’appareil en question, non utilisé a échappé  aux navigateurs en haute mer. « Comme l’eau a horreur d’un corps étranger en son sein, cet appareil a fini par se retrouver au niveau des côtes du palais du peuple », a-t-il  souligné.  Pour lui, la sécurité martine doit prêter attention à ce genre d’équipements. « Au cas où ils retrouvaient ces équipements  en haute mer, ils doivent les récupérer avant qu’ils n’arrivent pas au niveau des côtes et effraient la population », a-t-il souhaité.

Au-delà de cette découverte, il rassure quant à l’éventualité d’une éruption volcanique : « selon les revues scientifiques du monde, le volcanisme ne peut pas vraiment exister au niveau des côtes ouest-africaine, en ce sens que la plaque continentale africaine est reconnue comme la plus stable qui  existe ».  C’est pourquoi, dit-il, les Chinois ont bien voulu construire ce palais à cet endroit, après toutes les études géologiques, géophysiques et géotechniques.

A rappeler que le CGS a été créé en 2016 pour la surveillance sismique et la recherche de métaux en Guinée. Toutefois, le secrétaire général, du ministère des Mines et de la Géologie, Sadou Nimaga, avoue que le centre manque d’équipements pour mener à bien s ses activités.

Hawa Bah.






Répondre