Kindia, naïveté et supercherie politique.

La maturité politique de bout en bout des électeurs a été unanimement saluée, ceux qui ont voté l’ont fait avec un comportement républicain irréprochable, les » abstentionnistes »  ont fait preuve de sagesse, ne se mettant pas en travers de la route.

Quid des politiques ? Au visa, l’accord politique et la question de son application sur le terrain, on est tenté d’admettre que les politiques ont manqué de bon sens. Ils décident à l’insu des citoyens potentiels électeurs de qui va diriger les Mairies, le choix des citoyens est ainsi remis en cause, du coup on donne un contresens au terme « vote » en dénaturant sciemment son sens classique le « vœu ». Le candidat totalisant le plus grand nombre de suffrages c’est lui, l’élu du peuple en vertu des principes démocratiques.

Cas de Kindia, on se demande qu’est ce qui confère au Maire » élu » la majorité ? Il a bénéficié d’un concours de circonstances favorable, la naïveté de L’U.F.D.G  et la supercherie politique du R.P.G. L’accord souligne expressément que Kindia est concédé à l’opposition et non à l’U.F.D.G, cette opposition pourrait être n’importe quel parti revendiquant le statut d’opposant, comptant sur l’accord politique et sur une fausse alliance n’existant que sur papier avec l’U.D.G,les responsables de l’U.F.D.G n’ont pas cru nécessaire de courtiser Mamadou SYLLA, histoire de le fidéliser. Le parti au pouvoir nanti de la force publique et des moyens financiers, a joué le coup à défaut de présenter un candidat ,il a accompagné le candidat de L’U.D.G,ouvrant ainsi une brèche qui pourrait conduire à un divorce total entre U.F.D.G-U.D.G,si ce n’est déjà fait, les avocats de l’U.F.D.G sont à pied-d’œuvre pour introduire un recours à l’annulation de l’élection de Mamadouba BANGOURA de l’U.D.G, même si les chances d’aboutissement d’une telle action sont minces. L’U.D.G  faiseur de roi à Dixin, coqueluche du R.P.G et de l’U.F.D.G, y verra une adversité et non une amitié. En attendant le nouveau Maire, Kindia peut dormir paisiblement sur ses lauriers et l’U.F.D.G ne doit s’en prendre qu’à elle-même.

BARRY Mamadou






Répondre