LA PROLIFÉRATION DES EAUX MINÉRALES EN GUINÉE

« Nous avons sur le marché Guinéen cent-trente-quatre (134) labels d’eaux minérales de bonne qualité »

Quand la Compagnie des Eaux de Guinée (C.E.G) commençait la production d’eau minérale à partir de son forage sis à LAMINAYA dans la préfecture de Coyah, elle ignorait qu’elle ouvrait la ruée vers ce secteur. C’est pourquoi nous avons une pléthore de marques dans nos villes et provinces. Toute la journée, les vendeurs rabâchent les consommateurs en leur proposant leurs produits avec des slogans comme: Coyahyé, Eau de vie, Cristal, etc, pour étancher leur soif en ces temps de forte chaleur. Ces eaux qui pullulent nos villes sont-elles toutes de qualités certifiées et autorisées par notre administration, sont-elles toutes bonnes pour la santé de la population ?

« L’Office National du Contrôle des Qualités (O.N.C.Q) du département du commerce, s’occupe du contrôle de la qualité des sachets d’eaux et de forage en République de Guinée. Nous avons analysé cent soixante-treize (173) échantillons d’eaux du 1er janvier 2015 au 20 octobre. Nous avons constaté qu’il y avait des petits problèmes en matière de qualité et de respect des bonnes pratiques d’hygiène, parce que qu’il n’y a pas une petite formation à ce niveau. Certes il y a une prolifération d’eaux, mais force est de reconnaitre que ceux qui détiennent ces unités de conditionnement de ces eaux, contribuent à l’amélioration de la qualité des eaux. Il y’a des déboires, parce que ce qu’il n’est permet à n’importe qui de faire ce travail, c’est pourquoi il est important que les services techniques prennent des dispositions pour mieux structurer ce secteur afin de produire des eaux de très bonne qualité, conditionnées dans des emballages répondant aux normes alimentaires requises pour une meilleure santé de la population. Chaque département impliqué doit jouer pleinement sa partition ». Clame Hadja BARRY Mariama, Directrice Générale de l’O.N.C.Q sis au quartier  Matoto-centre dans la commune de Matoto.

C’est le département de l’industrie à travers l’appui de l’A.P.I.P qui délivre les documents autorisant les acteurs de s’implanter.

À savoir si tous les producteurs d’eaux remplissent les critères techniques et administratifs requis, elle nous dit. « J’avoue que ce n’est pas facile parce que ceux qui sont à l’intérieur du pays, n’ont que des documents délivrés par les autorités préfectorales de leurs localités, alors qu’il y a des services et départements techniques tel que l’Hydraulique qui autorisent à faire un forage, il y a aussi les départements de l’Environnement et de la Santé qui ont des rôles très importants. Il faudra une sensibilisation au niveau préfectoral afin que les autorités orientent ceux qui veulent le faire vers les services  techniques qui sont représentés dans leurs localités, ceci est très important pour la délivrance des documents techniques. C’est le département de l’industrie à travers l’appui de l’A.P.I.P qui délivre les documents autorisant les acteurs de s’implanter. ».

À ce jour, nous avons sur le marché Guinéen cent-trente-quatre (134) labels d’eaux minérales de bonne qualité.

Selon toujours la Directrice : « Du 1er janvier 2015 au 20 octobre, dans la zone spéciale de Conakry, nous avons reçu dix-neuf (19) échantillons d’eaux de forage et d’eaux en sachet. En basse Guinée, nous avons recensé vingt-cinq (25) échantillons, en haute Guinée cinquante-six (56), en moyenne Guinée treize (13) en Guinée forestière quinze (15) et autres qui n’ont pas donné des informations exactes six (06). Il y a aussi vingt-trois (23) que nous avons analysé et que nous avons découvert qu’elles étaient impropres à toutes consommations, compte tenu de beaucoup de facteurs, et ces unités de productions ont été carrément fermées. Nous avons vingt autres auxquelles nous avons prodigué des conseils pour le traitement de leurs eaux en collaboration avec les services spécialisés afin d’améliorer la qualité de leurs produits avant leur mise sur le marché. Il s’agissait de problème d’emballage et de respect de bonnes pratiques d’hygiène.  À ce jour, nous avons sur le marché Guinéen cent-trente-quatre (134) labels d’eaux minérales de bonne qualité ».

« L’eau c’est la vie, disait Antoine De Saint-Exupéry. Elle peut aussi vous envoyer six pieds sous terre si elle n’est pas de bonne qualité. Alors, attention… », S’indigne un consommateur.

 

BAYO Ibrahima Kalil, 622 211 475 / 654 207 414






Répondre