La série noire continue pour la préfète de Fria.

La contestation qu’on croyait révolue, reprend avec force à Fria. La première autorité préfectorale est vivement contestée par les femmes de sa circonscription. Depuis hier, les locaux de la préfecture sont massivement investis par les femmes déterminées à faire plier Gnalén CONDÉ. parmi les griefs articulés contre elle, celles-ci lui de s’être rendue coupable du favoritisme dans l’emploi des jeunes à l’usine au détriment des natifs de la localité, elles dénoncent également une gestion non transparente de la (MUFFA) et un détournement de deux milliards de francs … etc .

Les messages de sensibilisation véhiculés par les religieux en vue de dissuader les manifestantes sont restés lettre morte, elles entendent manifester jusqu’au départ de la préfète. Ce jeudi, ce sont les jeunes qui sont entrés dans la danse pour épauler leurs mères opposées à la préfète.

Pourra-t-elle (la préfète) longtemps résister à cette pression de la rue ?

Dans un contexte de pleine campagne pour une nouvelle constitution, une solution gouvernementale assez rapide n’est pas à exclure, le pouvoir ne prendra point le risque de voir cette crise se développer et prendre une autre ampleur, les jours de Gnalén CONDÉ sont donc comptés à la tête de cette préfecture.

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com.






Répondre