L’Armée Guinéenne impliquée dans la sécurisation de la capitale.

Apparemment, le Gouvernement est resté imperméable aux critiques et mises en garde dissuasives par rapport aux conséquences que pourrait générer l’option militaire pour sécuriser la ville. Les folles rumeurs faisant état d’un projet d’installations des PA le long de l’axe Hamdallaye-Bambéto-Cosa avaient  fait réagir les activistes de la Société Civile ainsi que des leaders politiques. Ils désapprouvent tous cette mesure et la jugent inopportune. Ce lundi, un communiqué a été rendu public par le nouveau porte-parole de la Police, dans lequel, il est fait cas des patrouilles mixtes composées de la Police, la Gendarmerie et l’Armée. Ces patrouilles mixtes entrent en action ce lundi 20 novembre.

Selon le même communiqué, cette mesure trouve ses justifications dans les appels incessants faits par les populations à l’endroit du Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile. Elles interpellent le Ministère à entreprendre des actions pour enrayer l’insécurité à laquelle, elles et leurs biens sont exposés.

Le même communiqué précise que l’initiative s’inscrit dans le cadre de l’application de la loi L/009 sur le maintien d’ordre.

Cependant, quelques habitants de Cosa interrogés par notre rédaction ont d’abord déploré cette mesure et pensent plutôt qu’il s’agirait d’une stratégie visant à empêcher les contestations qui prennent toujours racines dans la commune de Ratoma.

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com






Répondre