Le Commissaire KONÉ Abdoul Malick, l’homme qui est en train de moderniser la DCPJ.

Jeune, intègre, affable, inébranlable et toujours tiré à quatre épingles ; il a plus d’un diplôme dans sa gibecière. En cause, son tableau de chasse aux diplômes en est l’illustration.

Major de sa promotion à l’École Nationale Supérieure de Police (É.N.S.P) en FRANCE, où il  a validé un diplôme d’Officier. Il est aussi titulaire d’un diplôme qu’il a validé à l’École Nationale Supérieure de Police de Saint-Cyr Au Mont d’Or. À Porto Novo en République du BÉNIN,  il a décroché un diplôme au Centre de Perfectionnement de la Police Judiciaire. Il est également détenteur du record du parcours professionnel du combattant de l’E.N.S.P en FRANCE.

Le professeur Alpha CONDÉ qui fait de la féminisation et du rajeunissement de l’effectif de la fonction publique guinéenne un des fers de lance de son programme de développement national, a pris la bonne résolution en  le nommant par décret le jeudi  19 juillet 2018 au poste de Directeur Nationale de la Police Judicaire, dont il en devient le quatorzième depuis la création de cette Direction.

Le Commissaire KONÉ Abdoul Malick, puisqu’il s’agit de lui  n’a pas une seconde à perdre afin d’honorer la confiance placée en sa personne par le Chef d’État, car le défi est colossal.

À peine investi dans sa nouvelle fonction, il entame aussitôt entre autres réformes à la Direction de la Police Judiciaire, la réhabilitation de la bâtisse coloniale qui fait office de siège de son institution. Celle-ci autrefois méconnaissable, arbore de nos jours sa nouvelle robe aux couleurs bleu et blanc qui force l’admiration des Conakrykas. La propreté est de mise dans ses locaux. Aux heures de travail, aucune âme, ni dans les couloirs, ni dans la cours ; chacun à son poste de travail.

Soucieux de  mieux optimiser la qualité professionnelle de son effectif, le Commissaire KONÉ a lancé un appel d’offres dans les différents services de Police afin d’en recueillir les crèmes.

« D’un constat exogène, le changement est visible du côté de la Direction de la Police Judiciaire depuis la nomination du nouveau Directeur. Le bâtiment est rénové, la devanture débarrassée des tréteaux des marchands qui s’y étaient installés çà et là. Pour empêcher le stationnement des véhicules devant les locaux, des barrières de sécurité y ont été érigées. Pourvu qu’on lui laisse les coudées franches pour mener à bien le changement qu’il a amorcé. Comme le disait Pierre Corneille : « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années  » », affirme KONAN Kouamé Yao.

« La nomination de ce jeune cadre à la tête de la DPJ est la preuve que les jeunes sont capables de faire bouger les lignes dans le sens du développement auquel aspirent tant tous les Guinéens. Je souhaite que d’autres jeunes cadres arrivent aux affaires pour dynamiser notre administration publique qui sombre dans une léthargie qui ne dit pas son nom », témoigne T. Oumar, maréchal des logis de son État.

À rappeler que La police judiciaire désigne l’ensemble des personnels de la Police, des Douanes et de la Gendarmerie spécialement habilités pour constater les infractions à la loi pénale, en rassembler les preuves ainsi qu’en rechercher et en arrêter les présumés auteurs sous l’autorité du procureur de la République et sous la surveillance du Procureur Général.

BAYO Ibrahima Kalil






Répondre