Matières premières : l’Afrique affectée par le conflit commercial sino-américain

Dans leur rapport annuel, les spécialistes réunis au sein du groupe Cyclope font part de leurs inquiétudes concernant les perspectives à court terme pour les marchés des ressources naturelles, dont une part importante provient du continent africain.

L’édition 2019 du rapport Cyclope sur l’évolution des marchés des matières premières n’est guère optimiste. Présentée à Paris le 15 mai et intitulée « Les illusions perdues », cette nouvelle mouture coordonnée par l’économiste Philippe Chalmin, professeur à l’Université Paris-Dauphine, en lien avec une cinquantaine d’économistes et analystes, fait état des anxiétés et des doutes qui persistent sur les perspectives à court terme de la plupart des marchés des minerais, des hydrocarbures ou des denrées alimentaires, même si les situations restent contrastées.

Les différents intervenants ont ainsi fait part de leurs « illusions perdues » sur le plan de la lutte contre le changement climatique, de leurs espoirs douchés d’un retour de l’exubérance des années 2012-2014, ou encore d’une pacification de plusieurs conflits bilatéraux commerciaux.

L’impact du conflit sino-américain

L’année 2018 a, certes, été plutôt positive en matière d’évolution des prix de nombreuses matières premières, particulièrement pour les minerais de cuivre et de fer, de l’aluminium, du gaz, du cacao ou encore du maïs. Mais depuis septembre dernier, les nuages n’ont cessé de s’amonceler sur le plan géopolitique, particulièrement du fait des fortes tensions commerciales entres les États-Unis et la Chine – qui n’ont toujours pas réussi à finaliser un accord commercial début mai – qui font peser des incertitudes sur presque tous les marchés, compte tenu du poids prépondérant de l’empire du Milieu sur le devenir des cours et des quantités échangées de matières premières.

Dans son intervention à la conférence parisienne, Pascal Lamy, l’ancien patron de l’Organisation mondiale du commerce (OMC), a ainsi regretté qu’une « mondialisation tempérée et raisonnée » puisse naître un jour, à l’heure où les tweets impétueux de Donald Trump, pourfendeur du multilatéralisme, ont parfois plus d’impact sur les marchés que l’écart entre l’offre et la demande.

En dehors de la peste porcine sud-africaine – qui sévit depuis plusieurs mois dans la nation arc-en-ciel, poussant à la hausse des prix du porc – et certains marchés fourragers, le continent a peu été évoqué lors de cette présentation du rapport Cyclope 2019. L’Afrique est pourtant concernée au premier chef par les évolutions des matières premières clés tirées de ses terres agricoles et de son sous-sol.

L’évolution des marchés du sucre, du gaz et du nickel, dont une bonne partie provient du continent, ont été choisis comme emblématiques de l’année écoulée, et analysés par un panel de spécialistes.

Chute de certains prix

Le sucre pâtit d’un excédent de production qui perdure depuis trois années, et de stocks pléthoriques, notamment en Inde. Résultat : la baisse de 25% sur l’année 2017 s’est poursuivie en 2018 dans les mêmes proportions, bénéficiant aux consommateurs des pays émergents, dont la part progresse à l’échelle mondiale.



Les prix du gaz, qui se portaient bien jusqu’au début de l’année 2019, se sont quant à eux effondrés en mars 2019, passant de 8 à 10 dollars par million de btu à environ 4 à 5 dollars, compte tenu du regain de la production de la Chine et à sa politique de stockage et d’achat à terme de gaz naturel liquéfié. Une situation qui ne devrait pas accélérer le développement des méga-gisements du Mozambique, du Sénégal et de la Mauritanie notamment.

Le nickel, enfin, qui n’est plus utilisé seulement que pour la fabrication d’alliages tels que l’inox, mais aussi des batteries de véhicules électrique, est quant à lui bien orienté, même s’il subsiste des défis techniques et environnementaux pour des producteurs comme Madagascar.

Par Christophe Le Bec



« (Article précédent)



Répondre