Que reproche-t-on au correspondant de RFI en Guinée ?

Mouctar BAH, correspondant de RFI en Guinée, croupit sous un déluge de critiques. Le pouvoir de Conakry lui reproche d’avoir véhiculé de fausses informations via les antennes de RFI.

Un reportage sur les scènes de violences inouïes ayant caractérisées la journée ville de l’opposition suivie d’une marche pacifique serait à l’origine de ses ennuis. L’exécutif reproche au Journaliste d’avoir fait un papier  incriminant l’armée par rapport à l’assassinat de deux jeunes, tous habitants de wanindara.

S’exprimant sur la question chez nos confrères de Lynx FM, Mouctar BAH affirme avoir recueilli l’information auprès des familles endeuillées. Celles-ci auraient indexé sans détour les bérets rouges qui n’ont rien à voir dans les opérations de maintien d’ordre en cas des troubles en milieu urbain.

Selon des informations qui nous sont parvenues, une plainte des forces armées contre le Journaliste est en cours de rédaction. la Haut Autorité de la Communication (HAC), organe régulateur des médias en Guinée est déjà saisie. Dans les prochains jours, le Journaliste pourrait répondre à une convocation. Les Guinéens se rappelleront que ce n’est pas la première brouille entre le Journaliste et les autorités, il avait eu toutes les peines du monde pour renouveler son accréditation.

À  rappeler que récemment, les forces armées guinéennes ont été citées dans les cas d’assassinats. Amnesty international a d’ailleurs fait part de sa préoccupation en invitant les autorités Guinéennes à agir pour stopper cette folie meurtrière.

 

BARRY Mamadou pour www.kenenyi.com

mamadoub237@gmail.

 






Répondre