Une mission d’évaluation technique du département des T.P sur les sites des ponts qui ont cédé en Haute Guinée.

C’est une mission technique du département des Travaux Publics, sous la houlette du Directeur National de l’entretien routier, en la personne de M. CAMARA Sââ Yolande  qui s’est rendue ce dimanche 08 juillet en haute guinée, dans la localité de Komodou, précisément à Frandou et à Kèouléndou. Ladite mission a pour objectif de faire l’état des lieux des deux ponts qui ont cédé sur le fleuve Djassa et un second à Kèouléndou dans le district de Djarradou, suite aux pluies diluviennes enregistrées dans cette localité.

Le chef de mission. CAMARA Sââ Yolande, après constat, a qualifié de très catastrophique la situation, puis a déclaré : «Nous sommes  là pour connaître la faisabilité pour le rétablissement rapide  de la circulation. On s’est rendu compte selon des informations et des traces que nous avons trouvées sur le terrain que le niveau de l’eau était monté à 1,50 mètre sur le tablier de ces deux ouvrages situés à 105 kilomètres et le second à 125 kilomètres de Kankan. Du coup, de l’amont, tous les gros arbres qui étaient dans le lit ont été enracinés ; cela est venu se coincer au niveau des deux piliers du premier ouvrage qui est long de près de 50 mètres. Sous l’effet de la poussée des eaux, automatiquement les deux piliers ont cédé et cela a entrainé l’effondrement de l’ouvrage».

À signaler que c’est en 1945 que le pont sur le fleuve Djassa,  long de 50 mètre avec une largeur de 7,50 mètre à Frandou,quant à celui de Kèoulendou, réalisé en 1992,est  long de 9 mètres,  large de 7 mètres et haut de 3 mètres.

En attendant la reconstruction des ouvrages effondrés, sur les deux rives du fleuve Djassa, ce sont des  camions et pirogues venus de Kérouané et Kankan qui assurent la traversée  des personnes et de leurs biens.

Avant de quitter les lieux, le chef de mission a rassure les populations et les autorités administratives de  la localité que des dispositions seront prises pour que le trafic reprenne dans un bref délai.

BAYO Ibrahima Kalil

 

 

 

 

 

 

 






Répondre