Vague d’émotion sur la Toile après la mort d’un transgenre

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page

Aux Etats-Unis, les réseaux sociaux s’enflamment après la mort d’un jeune transgenre de 17 ans. Ce suicide, survenu fin 2014 dans la banlieue de Cincinnati, a relancé le débat sur un problème douloureux, celui des adolescents qui s’interrogent sur leur sexualité et le soutien dont ils ont besoin.

Josh Alcorn était né mâle, mais au fond de lui, il savait depuis l’âge de 4 ans qu’il voulait être une fille et il avait troqué son prénom masculin pour celui de Leelah. Une transformation que ses parents n’avaient jamais acceptée. Ils avaient voulu forcer leur enfant à rester, comme elle l’écrivait, « un parfait petit garçon chrétien hétérosexuel ».

Devant leur manque de compréhension, Leelah s’est jetée sous les roues d’un camion, le 30 décembre dernier, expliquant sur son blog que « la vie [qu’elle] aurait eu ne valait pas la peine d’être vécue ». Par sa mort qui a ému l’Amérique, elle est devenue un symbole pour la cause des transgenres. Cela a été son dernier souhait : que son geste ait un sens. Elle a d’ailleurs légué ce qu’elle avait à des associations défendant les droits des trans.

Le cas de Leelah n’est pas unique. Plus de 40 % des adolescents transgenres songent au suicide. Sur les réseaux sociaux, des mouvements de soutien se sont formés pour que soit adoptée une loi en faveur des trans, loi qui porterait son nom. Une pétition en lignedemandant que les parents inscrivent le prénom de Leelah sur sa stèle funéraire a aussi recueilli plus de 30 000 signatures en 24 heures.

Mais tous les internautes ne sont pas aussi tolérants. Certains prennent la défense des parents et d’autres expriment une franche hostilité à l’égard de Leelah.

Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterEmail this to someonePrint this page





Répondre